Les marchés:
Markten inladen...

LUNDI 13 JUIL

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

L’Espagne est la nouvelle plaque tournante pour l’importation de cocaïne en Europe

Logo Business AM
Économie

14/07/2018 | Arnaud Lefebvre | 5 min de lecture

A à peine 20 km deGibraltar, dans la ville portuaire d’Algésiras, d’énormes quantitésde cocaïne entrent discrètement en Espagne. Algésiras est devenuel’une des portes d’entrée principales de ce stupéfiant en Espagne, distribué ensuite dans lereste de l’Europe.

Outre Algésiras, d’autresports espagnols bordant la méditerranée et situés le long de lacôte galicienne tels que Barcelone et Valence sont devenus devéritables bastions pour l’importation de la cocaïne en provenancede Colombie sur le continent européen. Mis à part les Pays-Bas, iln’existe pas en Europe de pays où des volumes aussi importants decocaïne sont importés qu’en Espagne, expliquent Pablo Ordaz etNacho Carretero, journalistes du quotidien espagnol El Pais

Au cours des dernièresannées, le trafic de drogue a connu un réaménagement enprofondeur.

« Parmi les quatremillions de conteneurs qui arrivent chaque année dans le portd’Algésiras, des milliers de kilos de cocaïne, pour la plupartissus de Colombie, sont camouflés entre des bananes, des pouletscongelés ou simplement empaquetés dans des sacs à dos. « Ils’agit d’une véritable avalanche, des quantités massives arrivent »,explique un responsable de l’équipe spéciale d’intervention contrele crime organisé (GRECO) de la police nationale espagnole. « Nousn’avons jamais rien vu de tel. »

Surplus de drogue

De l’autre côté de laloi, un ancien trafiquant de drogue de la région nord-ouest de laGalicie explique que le trafic a pris une ampleur sans précédent. « Il y a trop de cocaïne, il y en a plus qu’il ne faut. Dansdes entrepôts à Madrid et à Séville, la drogue s’accumule, raisonpour laquelle les prix se sont effondrés », témoigne-t-il. »

« Un kilogramme decocaïne était traditionnellement vendu entre 32.000 dollars (27.000euros) et 35.000 dollars (30.000 euros) mais le kilo a maintenantchuté entre 27.000 dollars (23.000 euros) et 28.000 dollars (prèsde 24.000 euros). »

La partie la plusimportante de drogue vient de Colombie, où se trouvent 68% desrécoltes mondiales de coca. Il y a une surproduction, due en partieà l’accord de paix entre le gouvernement colombien et les Forcesarmées révolutionnaires de Colombie (FARC). Alors que les membresdes FARC sont démobilisés, de nouveaux gangs de la drogue se sontprécipités pour combler le vide et contrôler maintenant desmilliers d’hectares de terres. Contrairement aux anciens groupes denarco colombiens qui attirent l’attention, ces gangs ont décidéd’éviter les projecteurs et de se concentrer sur la production.Anciennement, il y a avait deux ou trois récoltes par an,actuellement il y en a six. En outre, l’effondrement de la frontièrecolombienne avec le Venezuela en raison de la crise politique apermis à la drogue de quitter le pays sans aucun problème.

Priorités

« Il y a également euun changement dans les structures criminelles », a expliquéIgnacio de Lucas, un procureur anti-drogue de la Haute courd’Espagne, l’Audiencia Nacional. « Ils n’ont pas de hiérarchiesaussi strictes qu’avant. Ce ne sont pas des mafias mais plutôt unesorte de franchise avec des structures plus souples et dynamiques,avec des personnes qui vont et viennent. « 

Selon Lucas, il est doncdevenu beaucoup plus difficile de cartographier correctement lesgangs.

Selon Javier Cortés, chefdu Service de surveillance des douanes de Valence (SVA), le port deValence « reçoit plus de cinq millions de conteneurs par an.C’est utopique de penser que nous pourrions tous les vérifier. Maisnous essayons. »

« Nous devons accorderplus d’attention aux entreprises – principalement en Amériquelatine – qui sont spécifiquement créées pour importer de lacocaïne », dit l’agent SVA, faisant référence aux entreprisesde fruits et de poissons qui utilisent les filières commercialeslégales pour importer les drogues

Ignacio de Lucas souligneque la lutte contre le trafic de drogue ne peut jamais être gagnée,de sorte que des priorités doivent être fixées et qu’un choix doitêtre fait entre les petits concessionnaires et les grandesorganisations.

La Galice continue d’êtrel’un des principaux bastions de la drogue en Espagne. La plus grandepartie de la cocaïne entre dans la région via des bateaux rapides,des vedettes affrétés par les gangs de la drogue. Selon lesautorités espagnoles, le secteur est contrôlé par quatre cartels.

Les FARC, par exemple, ontmis en place des douzaines d’entreprises juridiques, dont certainesont eu un grand succès commercial en Europe. « Cibler leurscircuits commerciaux est difficile car, à première vue, ce sont desentreprises légales », expliquent les journalistes.

Ces trafiquants essaientd’être discrets. Certains se font passer pour des hommes d’affairesprospères, d’autres n’ont jamais quitté leur village côtiers.

« Ils ne savent pasquoi faire avec l’argent. Ils ne veulent pas le laver au cas où ilsseraient attrapés, alors ils amassent des piles d’argent quiatteignent le toit », explique un membre de GRECO Galicia.

Selon le Greco, larecherche est souvent caractérisée par un manque d’efficacité. Lapolice espagnole préférerait traiter des dossiers locaux, ce quipermettrait d’obtenir des résultats plus rapides et descondamnations plus faciles. Les fichiers complexes, qui demandentbeaucoup de temps et d’efforts, seraient souvent évités.

Selon la police espagnole,le secteur est maintenant largement entre les mains de trafiquantsd’origine marocaine, basés en Andalousie. « Ils sont plusdangereux et puissants. Ils s’éloignent du haschisch et seconcentrent discrètement sur la cocaïne. Ils travaillent avec desgangs kosovars-albanais basés à Valence et des mafias serbes àBarcelone, qui achètent la cocaïne et la distribuent à traversl’Europe. »  


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | Stocks