Les ‘Silicon Six’ ont échappé à 100 milliards d’impôts en 10 ans

La campagne de transparence Fair Tax Mark affirme que six grandes entreprises tech ont payé une partie seulement de leurs impôts depuis 10 ans.
Jeff Bezos, fondateur et CEO d’Amazon, est l’homme le plus riche au monde. (Isopix)

La campagne de transparence fiscale Fair Tax Mark dévoile ce lundi que les six plus grandes entreprises américaines de la tech ont éludé 100 milliards de dollars (90 milliards d’euros) d’impôts au cours de la décennie.

Amazon, Facebook, Google, Netflix, Apple et Microsoft ont tous été repris dans un rapport établi par Fair Tax Mark et à paraître cette semaine. Ces géants technologiques évitent ‘de façon agressive’ de payer leurs impôts en transférant revenus et profits vers des paradis fiscaux ou des pays à faible fiscalité. Une technique qui leur permet également de retarder l’échéance de leurs paiements, comme le relate également The Guardian. .

Parmi ces mauvais élèves, c’est Amazon qui détient la médaille du pire contrevenant. Alors que l’un des A de GAFA est dirigé par l’homme le plus riche au monde, Jeff Bezos, l’entreprise n’a payé que 3,4 milliards de dollars (3 milliards d’euros) d’impôts, en 10 ans. À croire que des revenus de 872 milliards d’euros et des profits de 24,3 milliards justifient de payer moins d’impôts. Au cours de la décennie, le taux d’imposition effectif d’Amazon a été de 12,7%, indique Fair Tax Mark, bien moins que les 35% normalement appliqués aux États-Unis, par exemple.

Amazon nie

Amazon a choisi comme ligne de défense le déni, déclarant ces suggestions fausses et que l’entreprise avait par ailleurs ‘un taux effectif d’imposition de 24% sur les bénéfices de 2010-2018’. Le géant de l’e-commerce se justifie également en évoquant des ‘marges bénéficiaires faibles’ qui se ‘traduisent naturellement par une baisse du taux d’imposition en espèces’. Pas sûr que cela apaise les esprits. 

L’entreprise de Mark Zuckerberg, dont la fortune personnelle est estimée à 70 milliards d’euros, ne fait pas mieux, bien au contraire. Facebook n’a ainsi payé que 7,7 milliards de dollars (6,9 milliards d’euros) en impôts sur le revenu cette dernière décennie. Elle génère pourtant des bénéfices de 68,5 milliards d’euros et des revenus de 157,1 milliards. Cela en fait l’entreprise des ‘Sillicon Six’ à avoir payer le moins d’impôt en pourcentage du bénéfice: 10,2% entre 2010 et 2018.

Cette révélation intervient une semaine après le blocage par 12 pays de l’Union européenne d’une proposition de loi pour plus de transparence. Elle visait à obliger les multinationales à révéler leurs bénéfices et les impôts qu’elles paient dans chacun des 28 États membres.