Les pirates de services de streaming sont les plus gros acheteurs de contenu légal

Unsplash

Ces dernières années, les utilisateurs qui tentent d’obtenir du contenu protégé par le droit d’auteur via des plate-formes illégales ont souvent été considérés comme irrécupérables par l’industrie du divertissement. Toutefois, de nombreuses études montrent qu’ils ont tendance à être parmi les plus gros acheteurs du contenu légal

Selon une étude britannique, les utilisateurs qui s’adonnent au piratage cherchent avant tout à obtenir du contenu gratuit. Selon un sondage effectué auprès de 1.000 résidents du Royaume-Uni par le groupe anti-piratage Muso, 60% des personnes interrogées ont admis avoir déjà téléchargé illégalement de la musique, des films ou des séries télévisées.

Toutefois, la plupart des sondés (83%) essaient d’abord de trouver un contenu via des services web légaux avant d’essayer une autre méthode. 86% des personnes interrogées souscrivent à un service de streaming comme Netflix. Parmi les utilisateurs qui reconnaissent avoir recours au piratage , ce pourcentage est encore plus élevé et atteint 91%.

Les pirates sont avant tout des fans

‘L’industrie du divertissement a tendance à considérer le piratage comme un élément criminel et comme une perte d’argent, mais c’est un tort’, a déclaré le directeur de MUSO. ‘La majorité des personnes qui ont réussi à trouver et à accéder à ce contenu illégal sont avant tout des fans qui essaient le plus souvent d’obtenir du contenu légalement s’ils le peuvent.’

Plusieurs études précédentes avaient déjà abouti à des résultats similaires. En 2012, Ofcom, l’instance de surveillance des médias britanniques, avait révélé que les pirates avaient tendance à acheter des contenus beaucoup plus légitimes que leurs homologues non pirates. En 2011, une étude d’HADOPI, l’agence française anti-piratage, avait montré que les contrevenants au droit d’auteur ont également tendance à être également les plus gros clients de l’industrie du divertissement.

‘L’idée que les pirates sont les plus gros clients de l’industrie du divertissement a tendance à être ignorée par certaines sociétés de divertissement qui hésitent à ajuster leurs modèles commerciaux à l’ère du haut débit. Elles feraient mieux de traiter les pirates non pas comme des criminels désireux de tout obtenir gratuitement, mais comme des clients potentiels qui ne sont tout simplement pas satisfaits. Des options actuellement mises à leur disposition’, conclut Motherboard.