Les multinationales sont-elles vraiment bénéfiques pour leur pays d’origine ?

La Tribune lance une polémique à propos des grands groupes français présents dans l’index boursier CAC 40, et de leurs apports réels à l’économie française. 8 % des 500 plus grandes entreprises internationales sont en effet françaises, alors que la France compte pour à peine 5 % du PIB mondial. Mais les multinationales contribuent-elles tant que cela aux économies nationales ?

Les plus grosses entreprises françaises sont accusées d’avoir monopolisé l’attention de l’État, à coup de subventions et de dispositions réglementaires, ce qui leur a permis de se moderniser pour rester compétitives à l’heure de la mondialisation, tandis que l’Etat négligeait les PME.

Elles sont également des as du tour de passe-passe fiscal, et paient étonnamment peu d’impôts, soit parce qu’elles parviennent à exploiter des niches fiscales, soit parce qu’elles mettent en place des sociétés offshore, ou encore parce qu’elles bénéficient des effets de la consolidation fiscale sur le plan mondial. Une enquête récente du Journal du Dimanche a ainsi révélé qu’un quart des entreprises du CAC 40 n’a pas payé d’impôts en 2009.

En outre, elles réalisent l’essentiel de leurs recrutements et de leurs investissements à l’étranger. Par exemple, Total n’a consacré que 9 % des 13 milliards d’euros à des investissements en France.

Enfin, il leur est reproché de ne plus être tout à fait françaies. Ainsi, en 2009, les sociétés françaises du CAC 40 étaient détenues à 42,3 % par des actionnaires non français.

Cependant, les journalistes rappellent que ces sociétés ont permis de maintenir le prestige de la France à l’international. De même, leurs acquisitions à l’étranger leur ont permis de se défendre contre les nouveaux compétiteurs des marchés émergents. Enfin, les apports de leurs laboratoires de recherche et de leurs centres de décisions sont essentiels à l’économie du pays.

Plus
Lire plus...
Marchés