Les liens entre bonheur et travail

Une nouvelle étude oppose les Européens et les Américains dans leur conception du bonheur.

Ainsi, « Ceux qui travaillent de longues heures en Europe sont moins heureux que ceux qui travaillent moins d’heures, mais aux États-Unis c’est l’inverse », a déclaré l’auteur de cette étude Adam Okulicz-Kozaryn, professeur adjoint de clinique de la politique publique à l’Université du Texas à Dallas. « La catégorie des heures de travail» n’a pas un impact très important sur la probabilité de bonheur des Américains.  » L’étude ne permet pas de conclure si le travail fait le bonheur ou le malheur, mais les chercheurs pensent qu’elle est en relation avec les attentes de succès liées au travail. Ils ont constaté que la probabilité d’Européens qui se décrivent comme « très heureux » a chuté d’environ 28% à 23% lorsque les heures de travail passent de moins de 17 heures par semaine à plus de 60 heures par semaine. Pour les Américains, cependant, ce taux est resté stable, avec environ 43% se présentant comme heureux, indépendamment des heures de travail. La conviction des chercheurs, c’est que les Européens seraient plus enclins à profiter de la vie et à avoir des loisirs, tandis que les Américains veulent accroître leurs revenus.

Easterlin et Okulicz-Kozaryn estiment que les perceptions peuvent jouer un grand rôle, et les gens qui pensent que leur travail dur a une plus grande incidence sur leur réussite ou leur promotion professionnelle peuvent être heureux de travailler plus. « Ce n’est pas vraiment le travail acharné qui apporte plus de succès aux États-Unis qu’en Europe, c’est ce que les gens croient ». Okulicz-Kozaryn pense que le bonheur de travailler de longues heures serait un produit du rêve américain – non pas de sa réalité, mais de la croyance dans le rêve lui-même. Il explique que les études sur le sujet indiquent que les Européens ont des niveaux similaires de mobilité sociale et une corrélation semblable entre le travail acharné et le succès.

Plus
Lire plus...
Marchés