Les hommes préfèrent-ils les jolies nunuches?

En principe, les hommes aiment les femmes intelligentes. Mais selon une nouvelle étude, ils peuvent aussi avoir un faible pour les femmes qui semblent idiotes, molles ou saoules lorsqu’ils sont à la recherche d’une aventure d’un soir.

D. Goetz, Judith A. Easton, David MG Lewis, et David M. Buss, des chercheurs de l’Université d’Austin au Texas, ont postulé que les femmes redoutent les hommes qui ne cherchent pas de relation de longue durée avec elles pour élever les enfants pour des raisons biologiques, et que les hommes sont donc attirés par des femmes dont la vigilance est atténuée, parce qu’ils peuvent plus facilement avoir des relations sexuelles avec elles.

Ils ont demandé à 76 jeunes hommes étudiants de noter des photos de femmes qu’on leur montrait et qui avaient été sélectionnées parce qu’elles dénotaient une certaine vulnérabilité. Cette vulnérabilité pouvait être de plusieurs ordres : une apparence de faible estime de soi, de faible intelligence, d’imprudence, ou des signes qui se rapportaient à l’état de santé (ébriété, fatigue) ou de faiblesse émotionnelle.

Les chercheurs ont demandé aux étudiants ce qu’ils pensaient du charme de chacune des femmes en photo, et s’ils jugeaient qu’elle pourrait facilement avoir des relations sexuelles avec eux, y compris forcées, dans le cadre d’une liaison fugace, ou au contraire dans le cadre d’une relation de longue durée. Ils concluent que les femmes qui semblaient idiotes, immatures, somnolentes, saoules ou droguées étaient notées comme étant plus « faciles » que les autres, mais qu’elles étaient aussi jugées comme étant plus séduisantes que celles qui semblaient plus intelligentes ou plus alertes lorsqu’il n’était question que d’une liaison de courte durée. Lorsque les jugements étaient formés en imaginant une relation de long terme, en revanche, c’étaient les femmes qui avaient l’air le plus intelligent qui étaient considérées comme étant les plus attirantes.

Les auteurs ont constaté que c’étaient les hommes les plus volages et qui manquaient d’empathie et de chaleur humaine qui étaient ceux qui étaient les plus à même de rechercher et reconnaitre les signes d’ « exploitabilité » sexuelle chez une femme. Lorsqu’ils ne combinaient pas ces deux caractéristiques, les hommes échouaient plus souvent à reconnaître la disponibilité de ces femmes, et ils manquaient des opportunités.

L’équipe conclut qu’il n’y a pas de stéréotype de comportement masculin, mais plutôt plusieurs stratégies de reproduction pour les hommes.