Les États-Unis et le Royaume-Uni en désaccord sur la 5G de Huawei

Isopix

Des diplomates américains se rendent ce lundi au Royaume-Uni pour convaincre les Britanniques de ne pas utiliser la technologie du spécialiste chinois Huawei pour le déploiement de leur réseau 5G, affirme Reuters en se basant sur plusieurs sources.

Le Royaume-Uni est assis entre deux chaises. D’un côté, les Américains prétendent, comme ils le font depuis un certain temps déjà, que la technologie de Huawei peut être utilisée pour l’espionnage gouvernemental chinois. Le géant de la tech est en effet sous le feu des critiques depuis plus d’un an en raison de ses liens avec Pékin. D’autre part, plusieurs spécialistes affirment que cela coûterait des millions de bannir purement et simplement l’entreprise. Une décision devrait tomber plus tard ce mois-ci.

Moins d’informations

Huawei, le plus grand fabricant mondial de technologie de réseau, a déclaré à plusieurs reprises qu’il n’est pas possible d’espionner par le biais de sa technologie. Un porte-parole de l’entreprise a également déclaré que l’accord avec le Royaume-Uni ne prévoyait pas le déploiement de l’équipement 5G dans des secteurs stratégiques.

Le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace, a déclaré au Sunday Times que le président américain, Donald Trump, avait menacé de partager moins d’informations stratégiques avec le Royaume-Uni si le pays poursuivait son partenariat avec Huawei. ‘Nous en tiendrons compte dans notre décision’, a-t-il dit.

Un sénateur américain a par ailleurs présenté un projet de loi visant à couper automatiquement tout lien d’information avec d’autres pays si ceux-ci font affaires avec Huawei.