Les deux premiers tests de missiles de l’année pour la Corée du Nord

Le leader nord-coréen, Kim Jung-Un, supervisant les exercices militaires qui ont débuté vendredi dernier. (Isopix)

La Corée du Nord a lancé ce lundi deux projectiles non-identifiés au-dessus de la mer du Japon. L’information a été rapportée par les autorités sud-coréennes. Ce serait le premier test de l’année pour la Corée.

Ces dernières années, la Corée du Nord nous avait habitué à de nombreux lancés-tests de missiles. Mais les négociations avec les États-Unis avaient permis de calmer un peu le jeu. Sauf qu’aujourd’hui, les discussions semblent être au point mort. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a d’ailleurs décidé début de l’année qu’il allait recommencer ses tests de missiles nucléaires et de missiles à longue portée.

Actuellement, peu d’informations circulent sur les deux missiles lancés à 12h37, heure de Corée. Leur type n’est pas encore connu. Mais le communiqué de la Corée du Sud fait état de missiles qui auraient parcouru environ 240 kilomètres et atteint une altitude de 35 km. Ils auraient été tirés depuis la région de Wonsan par dessus la mer du Japon. Pour l’instant, le Japon ne peut pas confirmer si les missiles avaient atterri sur son territoire, mais il a affirmé qu’aucun engin en mer ou dans les airs n’avait été touché.

Ces tirs font sûrement partie des exercices militaires conjoints de la Corée du Nord qui ont commencé vendredi dernier. Kim Jong-Un s’est déplacé en personne pour les coordonner. Selon les médias d’Etat, ces exercices ont pour but de ‘juger de la mobilité et de la puissance de frappe des unités de défense’.

Relation avec les États-Unis

Entre 2018 et 2019, les discussions entre Kim Jong-Un et Donald Trump avaient réussi à ralentir le développement et les tests de missiles nord-coréens. Mais en février 2019, lors de leur rencontre à Hanoï, aucun accord n’a été trouvé entre les deux pays. Les États-Unis veulent la dénucléarisation de l’île. Mais la Corée du Nord se sent toujours menacée par les Américains. Depuis leur dernière entrevue en juin dernier, les relations se sont de nouveau détériorées. Rien de comparable cependant à l’escalade qu’on a connu en 2017.

La Corée du Nord a toutefois repris ses tests de missiles en novembre dernier. Le but: faire pression sur les États-Unis afin qu’il fasse des concessions. Le pays avait annoncé qu’il testait un ‘très gros lance-roquette à tête multiple’. Donald Trump avait tout de suite précisé que le pays ne ferait aucun cadeau tant que la Corée du Nord ne serait pas dénucléarisée. Les tests se sont alors à nouveau arrêtés… jusqu’à aujourd’hui.

Lire aussi: