Les cinq facteurs de la personnalité

[PICTURE|sitecpic|lowres]

Dans son dernier ouvrage Quirk: Brain Science Makes Sense of Your Peculiar Personality (Excentricité: La science du cerveau donne un sens à nos personnalités singulières), Hannah Holmes, psychologue et écrivaine américaine, s’est posé la question des liens entre la construction de la personnalité et la survie de l’espèce humaine. En d’autres termes, les tempéraments variés qui nous entourent sont le reflet d’une sélection naturelle, même ceux que nous trouvons haïssables. Cela implique que sur le plan génétique, ils ont une utilité.

Etudiant les attitudes « particulières » des gens autour d’elle, et y associant des recherches sur le comportement et l’activité cérébrale, elle a défini cinq facteurs qui influencent la personnalité :

✔ Le névrotisme. Il permet à celui qui en est marqué d’être prompt à repérer les situations de frustration et de danger ;

✔ L’extraversion. Les extravertis sont les complémentaires des névrosés. Ils agissent immédiatement, qu’il s’agisse de prendre part à une activité ou à une bataille ;

✔ Les personnalités ouvertes. Elles développent les connaissances, et expérimentent de nouvelles choses ;

✔ La conscience. Elle caractérise les esprits orientés vers la concrétisation des projets ou des concepts;

✔ Les personnalités agréables. Ce sont des personnes généreuses qui nous aident à vivre ensemble en émoussant les situations conflictuelles.

Ces cinq caractéristiques sont dosées de façon unique en chacun d’entre nous, et vont interagir entre elles. Holmes légitime l’existence de personnes agressives et égoïstes : à la détection du moindre danger, ces personnes réagissent instantanément, en abandonnant les autres, mais se ménagent ainsi de meilleures chances de survie.

Est-il possible de changer de personnalité, dans ce modèle ? Bien que ce ne soit pas chose facile, la prise de conscience des motivations profondes de nos attitudes peut certainement nous y aider.

Plus
Lire plus...
Marchés