Les 10 lois qui régissent Internet

[PICTURE|sitecpic|lowres]

Internet est apparemment exempt des restrictions du monde réel. Au travers des différents services d’Internet comme le courrier électronique ou la messagerie instantanée, l’expression, la conversation et le débat d’idées ont acquis une forme plus directe, libérée des inhibitions de la sphère conversationnelle réelle.

Cependant, plusieurs observateurs spécialisés ont constaté certaines conduites qui leur ont permis de formuler une série de lois qui régissent les discussions sur la Toile, explique la BBC. Ces lois permettent de gagner du temps de conversation et d’éviter des débats stériles avec des personnes qui, en aucune circonstance, ne changeront d’opinions lors d’un échange de commentaires sur Internet.

 âœ” La Loi de Sturgeon

La Loi de Sturgeon découle de l’adage de l’auteur américain de science-fiction, Theodore Sturgeon, qui affirme que « Quatre-vingt-dix pour cent de toute chose est du déchet » (« ninety percent of everything is crap »). Appliqué à Internet, cet adage devient « 90% de tout ce qui est sur Internet est du déchet ». A l’époque, Sturgeon répondait aux critiques dont faisait l’objet la science-fiction, considérée comme un genre littéraire médiocre à 90%, en faisant remarquer que la littérature générale, ou tout autre domaine de la création, était constituée d’une proportion équivalente d’œuvres sans intérêt.

 âœ” La Loi de Godwin

Au fur et à mesure qu’un débat ou une conversation s’étend sur Internet, la probabilité qu’une comparaison avec les nazis ou avec Hitler apparaisse  devient à chaque fois plus grande. La loi de Godwin est une règle empirique provenant d’un énoncé de Mike Godwin datant de 1990 et relatif au réseau Usenet. Cette loi est depuis lors devenue populaire sur Internet. Dans un débat, atteindre le point Godwin revient à signifier à son interlocuteur qu’il vient de se discréditer en vérifiant la loi de Godwin car la référence au nazisme ou à l’holocauste est hors-contexte. La Loi de Godwin est ramenée à la pseudo-locution latine reductio ad Hitlerum, attestée depuis les années 1950, qui est une spécialisation de l’argumentum ad hominem et surtout de l’argumentum ad personam et qui peut se résumer comme suit : « Si Hitler (ou les nazis) aimait X, alors X est mauvais ». Cette loi est considérée comme une échappatoire absurde et lorsqu’elle est apparaît dans une discussion sur Internet, l’auteur perd le débat et le fil de la conversation peut être fermé.

 âœ” La Loi de Lewis

Selon celle-ci, les commentaires au sujet de n’importe quel article sur le féministe justifient le féminisme en lui-même. On doit cette loi à la journaliste britannique Helen Lewis qui a pour habitude d’écrire des articles sur l’égalité femmes/hommes pour le Guardian et le Daily Mail et qui a observé que les contradictions apportées par les commentateurs au sujet de son travail se résumaient la plupart du temps à des insultes sexistes.

 âœ” La loi de Poe

Sans un émoticône qui cligne de l’œil ou qui adopte une autre attitude humoristique, il est impossible de faire la différence entre une parodie du fondamentalisme religieux et un propos réellement outrancier. Créée par Nathan Poe en 2005 et généralisée sur Internet, la Loi de Poe a été employée pour décrire le comportement de certains intégristes religieux dans les forums de discussions à propos du créationnisme.

 âœ” La Loi de Pommer

La Loi de Pommer a été proposée par Rob Pommer sur le site rationalwiki.com en 2007. Selon celle-ci, « l’opinion d’une personne peut évoluer en cherchant des informations sur Internet et la nature de ce changement sera : de ne pas avoir d’opinion à avoir une mauvaise opinion ».

 âœ” La Loi de Skitt

Toute publication qui corrige une erreur présente dans une autre publication contient au moins une erreur. Elle peut également être résumée comme suite : la probabilité d’une erreur dans une publication est directement proportionnelle à la gêne que cette erreur causera à l’auteur. Cette loi a été évoquée pour la première fois par G. Bryan Lord au sujet d’un utilisateur de Usenet en 1999. Cette loi estime que les personnes qui tentent de corriger une erreur d’orthographe ou de grammaire sont enclines à reproduire une erreur similaire dans leur publication.

 âœ” La Loi de Danth ou Loi de Parker

Selon celle-ci, « si vous insistez sur le fait que vous avez gagné grâce à un argument sur Internet, alors vous avez probablement perdu ». Cette loi a été formulée sur le site de jeux de rôles Roleplaying Game forum, RPG.net.

 âœ” La Loi de l’Exclamation

La Loi de l’Exclamation stipule que « plus des points d’exclamation sur utilisés dans un e-mail ou dans une autre publication, plus il y a de chances que ce soit un mensonge complet ». Cette loi a été rapportée dans un premier temps par le site FactCheck.org. Elle serait l’œuvre de Lori Robertson en 2008. Cette loi rappelle l’affirmation de Terry Pratchett dans ses romans prenant place dans l’univers du Disque-monde selon laquelle, « plus quelqu’un utilise des points d’exclamation dans son texte, plus il y a de chances qu’il s’agisse d’un déséquilibré » (cela vaut également pour les majuscules).

 âœ” La Loi de DeMyer

Quiconque publie un argument sur Internet composé majoritairement de citations, peut être ignoré sans problèmes et on considère qu’il a perdu le débat. Cette loi est l’invention d’un modérateur du site Conservapedia.com. Il existe quatre lois au total.

 âœ” La règle 34

Selon celle-ci, « Si cela existe sur Internet, il y a du porno à ce sujet ». De cette règle en découle une deuxième : « S’il n’existe pas de porno à ce sujet, ça va venir ». Cette loi et son adage proviennent d’une bande dessinée en ligne de Peter Morley-Souter qui avait été surpris de découvrir une parodie porno de Calvin et Hobbes.

Plus
Lire plus...
Marchés