Lequel de ces 8 traits de personnalité du psychopathe classique avez-vous?

[PICTURE|sitecpic|lowres]

 

Pendant longtemps, le terme psychopathe évoquait des déséquilibrés dangereux, tels que le personnage de Norman Bates dans Psycho d’Alfred Hitchcock, ou celui d’Hannibal Lecter dans le Silence des Agneaux de Jonathan Demme, rappelle le psychiatre Kevin Dutton dans le Times of London. La psychopathie était une maladie bien délimitée, selon les psychiatres. On était fou, ou on ne l’était pas, et lorsqu’on l’était, cela ne faisait aucun doute.

Mais récemment, les chercheurs ont compris que ce n’était pas une question aussi tranchée que cela, et qu’il y avait des degrés intermédiaires, qu’on était plus ou moins fou. La psychopathie a des points communs avec la lumière : comme elle, elle apparait sous forme de spectre. Le spectre de la lumière a 7 couleurs, mais le spectre de la psychopathie comprend 8 tendances :

  • Le machiavélisme
  • La persuasion
  • La cruauté
  • L’audace
  • La force mentale
  • La spontanéité
  • Le narcissisme
  • Le non-conformisme

Chacun de ces traits de caractère est plus ou moins prononcé dans la personnalité de chacun, et c’est lorsqu’ils sont tous au maximum que l’on peut être caractérisé comme un dangereux psychopathe. Certaines tendances psychopathes peuvent être positives, dans la vie personnelle comme dans la vie professionnelle ; en pratique, elles peuvent même être un facteur de réussite professionnelle pour certaines carrières. Le non-conformisme est par exemple considéré comme un signe de puissance même lorsqu’il s’accompagne d’impolitesse ou de comportements inappropriés.

Les personnes qui présentent les traits de psychopathes les plus marqués réussissent bien d’ailleurs en entreprise : Paul Babiak, un chercheur, a ainsi déterminé que 4% des cadres d’entreprise pouvaient être considérés psychopathes, soit 4 fois plus que leur proportion normale dans la population (ils représentent 1% de la population). A Wall Street, on compte même 10% de psychopathes parmi les tradersBabiak a expliqué que leur tendance à charmer leur entourage est souvent assimilée à un charisme managérial, ce qui leur permet d’accéder à des responsabilités, alors qu’en réalité, ils font de piteux responsables.