L’économie chinoise ne pourra pas croître éternellement

La croissance du produitintérieur brut chinois se maintient actuellement à environ 6,5%. Ensupposant que le reste du monde continue de croître à un rythme de3%, un taux de croissance de 6,5% signifierait que la Chineconstituerait un quart de l’économie mondiale d’ici 2029, soit dans11 ans, et 40% de l’économie mondiale d’ici 2050, écritl’économiste américain Noah Smith écrit dans une chronique pourl’agence de presse Bloomberg..

Toutefois, selon lui, Ilest peu probable qu’un pays industrialisé – y compris les États-Unis- puisse conserver un avantage de productivité quadruplé parrapport à un autre pour toujours.

Nouveau ralentissement

Plus encore, d’ici 2060,au cours de la vie adulte des adolescents d’aujourd’hui, la Chineaurait une activité économique plus importante que le reste de larace humaine combinée, indique l’économiste.En comparaison, la part duPIB mondial des États-Unis n’a jamais atteint 40%, même à la finde la Seconde Guerre mondiale, part généralement inférieure à 25%au cours du 20ème siècle.

« En d’autrestermes, il est pratiquement certain que la Chine deviendra plusimportante sur le plan économique que les États-Unis au cours dusiècle dernier », précise Smith. Mais il est trèsdifficile de maintenir un taux de croissance de 6,5% pendant quatredécennies consécutives. En 2011, le PIB de la Chine a augmenté deprès de 10%, un taux qu’il avait dépassé plusieurs fois au coursdes deux décennies précédentes. « Cependant, un nouveauralentissement est à prévoir », estime l’économiste. Le paysse heurte en effet à certaines contraintes fondamentales.

Contraintes

Selon Smith, malgré lagrande attention accordée aux progrès remarquables que la Chinepeut réaliser dans tous les secteurs, il faut se rendre compte que le paysest confronté à un certain nombre d’obstacles fondamentaux. »Les principaux défisincluent des pénuries imminentes de nourriture, de matièrespremières et de logements et éventuellement d’unité politique. Lesévénements semblent confirmer leurs prédictions. »

Le niveau de reproductionde la population chinoise est insuffisant pour permettre à lapopulation de se développer davantage. Bien que la politique del’enfant unique ait été remplacée par une politique de deuxenfants, les taux de fécondité restent bien en deçà du niveau deremplacement. En conséquence, le marché du travail chinois aégalement commencé à rétrécir. Le nombre total de Chinoisâgés de 15 à 60 ans a commencé à baisser en 2012 et a encorediminué selon une estimation de 2017. Selon certaines prévisions,la population en âge de travailler chuterait de près d’un quartd’ici le milieu du siècle.

« La Chine seraégalement confrontée à un vieillissement rapide de la population« ,souligne l’économiste. « Moins de travailleurs soutenantdavantage de retraités et une main-d’œuvre plus âgée et moinsproductive signifie une croissance plus lente, comme l’ont découvertdes pays comme le Japon. »

En outre, la Chinepourrait ne plus être en mesure de stimuler sa croissance grâce àl’urbanisation. Lorsque les personnes vivent en étroitecollaboration dans les villes, cela augmente la productivité, car illeur est plus facile d’échanger des biens et des services. Pendantdes décennies, des millions de Chinois ont quitté les fermes et lespetites villes pour se rendre dans les grandes villes du pays. Maisil y a des signes que ce processus touche à sa fin, selonl’économiste.

Domination

Une troisième contrainteest l’énergie. La Chine est toujours très dépendante du charbon,mais à cause des préoccupations environnementales, des gouletsd’étranglement de l’offre et au manque de ressources, laconsommation de charbon du pays a baissé depuis 2013. Le charbon devrait êtreremplacé par l’énergie solaire bon marché. Cependant, pour améliorerl’efficacité énergétique, le manque de charbon n’engendrera pasl’arrêt brutal de l’économie, mais il faudra du temps et del’argent pour apporter ces changements.

Cependant, les défis del’économie chinoise ne s’arrêtent pas là. « Les sociétéschinoises ont toujours compté sur un flux de capitaux bon marchéprovenant des banques d’État, mais ce flux pourrait en partie setarir en raison d’une mauvaise répartition des ressources »,estime l’économiste.

« Le manque de libertéet le haut degré de contrôle pourraient chasser les talents ou empêcher leur plein potentiel d’être exploité. Ladépendance vis-à-vis des importations alimentaires est égalementun problème.Enfin, la capacité de la Chine à faire progresser lestechnologies à bas prix, en volant ou en inversant les technologiesdes pays plus développés se tarira alors que le pays peine àtrouver des idées à saisir ».

« La Chine, qui estdéjà la plus grande économie du monde, deviendra certainement lepays le plus économiquement important de l’histoire du mondemoderne. Mais une combinaison de contraintes naturelles etauto-imposées l’empêchera probablement de dominer le monde »,conclut Noah Smith. .