Le premier iPhone de l’Histoire ne date pas de 2007 et n’est pas signé Apple

En dévoilant l’iPhone en 2007, le cofondateur d’Apple a initié une véritable révolution dans l’industrie des télécommunications, mais aussi des ordinateurs portables. Pourtant, ce fameux premier smartphone d’Apple n’était pas le premier de l’histoire. Celui qui détient ce titre est sorti en 1998.

À l’image de celui d’Apple, le premier vrai smartphone de l’Histoire incarnait déjà une révolution en soi. Mis au point par l’entreprise InfoGear, cet appareil était à la fois un téléphone – fixe, dans ce cas-ci – et une sorte d’ordinateur. L’idée était qu’il permette de passer des coups de fil, mais aussi de répondre à ses mails et de se connecter à Internet. À ceci près qu’il n’était pas portable et qu’il ne disposait pas d’une bibliothèque musicale, le concept était assez proche de celui d’Apple.

Un premier concept révolutionnaire

Né en laboratoire, le premier smartphone était un projet lancé par l’entreprise National Semiconductor qui cherchait à mettre au point un produit qui était à la fois un téléphone et à un appareil pour naviguer sur le NET. Développé par les ingénieurs Chaim Bendelac, Reuven Marki et Yuval Shahar, le prototype était assez rudimentaire ; il disposait d’un processeur 8 bits, d’un écran LCD de 7 pouces et d’un clavier coulissant pour surfer sur la toile, en plus des fonctionnalités d’un téléphone fixe traditionnel. Mais pour l’époque, c’était déjà une révolution en soi.

Bob Ackerman (wikipédia)

L’ancêtre spirituel de l’iPhone d’Apple

L’appareil a été présenté à un capital-risqueur, Robert Ackerman, explique Brian McCullough dans le podcast Internet History, qui a vu dans ce prototype un grand potentiel et l’a présenté à Gilbert Amelio, président de National Semiconductor à l’époque et – par un étrange hasard – membre du conseil d’administration d’Apple, avant d’en devenir le PDG.

Outre cette proximité hasardeuse avec Apple, ce téléphone partageait un certain nombre de fonctionnalités avec celui présenté par Steve Jobs, dont les commandes tactiles. Il était en effet possible de téléphoner à un numéro trouvé sur le web en appuyant simplement sur l’écran tactile. Il pouvait également afficher des cartes ou proposer des contenus de magazines, un peu à l’image d’Apple News+.

Il fut question d’intégrer des fonctions de vision-conférence, mais aussi de la couleur sur l’écran. Malheureusement, malgré de bonnes idées et une nouvelle version mieux pensée, le smartphone d’InfoGear n’a pas rencontré le succès escompté. Sa deuxième version n’a été vendue qu’à cent mille exemplaires. Il était en quelque sorte en avance sur son temps.

Quelques années plus tard, InfoGear a été racheté par Cisco qui a d’ailleurs commercialisé un téléphone mobile sous le nom d’iPhone en 2006, l’année précédant la révolution entamée par Apple. Un nouvel iPhone sur le marché qui a bien entendu valu un procès à Apple, mais fort heureusement, il semblerait que Cisco et Steve Jobs aient trouvé un terrain d’entente.

L’iPhone tel qu’on le connait aujourd’hui aurait pu avoir un visage totalement différent et aurait tout simplement pu ne pas survivre autant d’années. Quant au smartphone imaginé par Steve Jobs, nul doute qu’il aurait tout de même vu le jour, sous un autre nom cependant.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20