Le Japon fonce à nouveau sur le nucléaire: après les redémarrages, la construction de nouveaux réacteurs

La crise énergétique mondiale a totalement fait basculer l’opinion publique au Japon vis-à-vis du nucléaire. Ultra-réticent depuis la catastrophe de Fukushima, le pays se tourne désormais vers l’atome. Et il ne s’agit pas d’une mesure temporaire.

Avec la crise et la flambée des prix, la prudence du Japon à l’égard du nucléaire ne cesse de s’estomper. Depuis plusieurs mois, des décisions ont été prises afin de réactiver des réacteurs nucléaires jusqu’alors mis en veilleuse.

À la fin du mois de juillet, le pays comptait sept réacteurs en activité, trois autres étant hors service pour cause de maintenance. Des chiffres amenés à gonfler dans les mois à venir, les procédures de réactivation étant soumises à des normes de sécurité rendues très strictes suite à la catastrophe de Fukushima, survenue en 2011.

Pleins feux sur l’atome

Visiblement, le Japon ne va pas se contenter de réactiver des réacteurs. Ce mercredi, le Premier ministre Fumio Kishida a déclaré que son gouvernement envisageait de développer des réacteurs nucléaires de nouvelle génération.

Dans le même temps, Fumido Kishida a annoncé de nouveaux redémarrages. Il a aussi fait part d’un possible allongement de la période pendant laquelle les centrales existantes pourront rester opérationnelles avant d’être mises hors service. La législation actuelle prévoir de déclasser les centrales après une période prédéterminée, qui est généralement de 60 ans. D’après la presse nippone, il pourrait être décidé de ne plus inclure dans le calcul la période durant laquelle les réacteurs sont restés hors service.

Ces décisions marquent un véritable tournant dans la politique énergétique du Japon. Un revirement globalement soutenu par la population. Très frileuse vis-à-vis de l’atome suite à la catastrophe de Fukushima, celle-ci s’y est montrée progressivement plus ouverte dans les différents sondages organisés ces derniers mois. Un changement d’opinion clairement lié à la crise énergétique mondiale à laquelle leur pays n’échappe pas, qui voit le prix du gaz (entre autres) atteindre des sommets.

Si cela ne suffisait pas à faire accepter la mesure, le Premier ministre japonais a également indiqué avoir demandé aux responsables énergétiques du pays de présenter des mesures concrètes d’ici la fin de l’année, notamment pour « mieux faire comprendre au public » l’énergie durable et l’énergie nucléaire.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20