Le gémissement de 10 reines du tennis moderne

Dans une interview avec le Daily Telegraph, Ian Ritchie, qui dirige l’association du All England Lawn and Tennis Club (AELTC) a admis que les officiels du tournoi de Wimbledon s’inquiètent de ce que les championnes gémissent de plus en plus fort pendant les matches, ce qui frustre les fans, et perturbe l’adversaire. En particulier, ce sont les plus jeunes joueuses qui gémissent de plus en plus fort. Il estime qu’il s’agit d’un « problème d’éducation ».

Ainsi, dès le premier jour du championnat de Wimbledon, la Biélorusse Victoria Azarenka a attaqué avec des cris au niveau sonore incroyable de 95 décibels tandis qu’elle rencontrait la Slovaque Magdalena Rybarikova. Les spectateurs se sont amusés non seulement du volume, mais aussi de la longueur de ses rugissements, qui ont dépassé 1,5 secondes presque à chaque fois qu’elle frappait la balle. Mais c’est Michelle Larcher de Brito qui se distingue le plus en la matière, avec des rugissements de 109 décibels.

« Les joueurs ont la possibilité de s’en plaindre, si un joueur gémit trop fort et que l’autre joueur n’aime pas cela et que cela le déconcentre, ils peuvent en parler à l’arbitre », explique M. Ritchie. Ce débat intervient alors que les fans se demandent quel niveau sonore peut être considéré comme acceptable de la part des joueurs.

La joueuse Azarenka, 21 ans, a été contrainte d’expliquer l’origine de son jeu bruyant quand des spectateurs ont commencé à imiter ses cris pour la railler il y a deux ans. « Je fais ça depuis que j’ai 10 ans. Je n’avais pas beaucoup de force et c’est ce que m’a aidé à accélérer davantage, pour mettre plus de puissance dans la balle. Je ne peux pas le changer, c’est ce qui m’aide à jouer. Je dois continuer avec ce qui marche pour moi « .

Nick Bollettieri, qui dirige un centre d’enraînement en Floride, insiste sur le fait qu’il n’a jamais encouragé ses joueurs à être bruyants pour décontrer l’adversaire. « Mon personnel et moi n’avons jamais enseigné à crier », explique-t-il. « Nous avons toujours enseigné la méthode pour inspirer et expirer correctement. Les joueurs gémissent car cela les aide à libérer l’énergie et à rester concentré. C’est quelque chose qu’ils font naturellement. Ce n’est pas quelque chose qui est fait délibérément pour perturber leurs adversaires. »


Le quotidien britannique The Times a publié le palmarès de ces joueuses rugissantes : 

  1. Michelle Larcher de Brito (109 décibels) – vidéo 1
  2. Maria Sharapova (101)- vidéo 2
  3. Victoria Azarenka (95) – vidéo 3
  4. Monica Seles (93,2),
  5. Serena Williams (88,9)
  6. Lindsay Davenport (88)
  7. Venus Williams (85) – vidéo 4
  8. Elena Bovina (81)
  9. Anna Kournikova (78,5)
  10. Kim Clijsters (75)

NB : Rugissement du lion : 110 décibels

(Photo Maria Sharapova: Attribution by americanistadechiapas)

Plus
Lire plus...
Marchés