Le « dernier dictateur d’Europe » se déclare favorable aux cryptomonnaies

Aleksandr Lukashenko, le président biélorusse, a signé un décret soutenant formellement la réglementation des cryptomonnaies dans son pays. Plus précisément, il approuve « la libre circulation des cryptomonnaies telles que le bitcoin ». La nouvelle a été reprise par des médias économiques tels que Cointelegraph et Business Insider.

Pourquoi est-ce important ?

C'est un paradoxe frappant au sein du régime biélorusse que l'intensité de la répression des dissidents, en comparaison avec le volontarisme énergique du pays en matière d'acceptation des cryptomonnaies. La Biélorussie se présente comme démocratique en termes financiers, mais c'est tout le contraire en termes politiques.

Le pays a établi un cadre juridique permettant au parc de haute technologie de Biélorussie (HTP) de tenir un registre des adresses des portefeuilles virtuels utilisés pour des opérations illégales. Le Hi-Tech Park, basé à Minsk et considéré comme la Silicon Valley locale, s’occupe de la réglementation des cryptomonnaies dans le pays.

« Libre circulation de la monnaie numérique »

« La Biélorussie développe de manière cohérente le champ juridique permettant de réglementer les activités liées aux actifs numériques et, contrairement à de nombreux autres États, autorise la libre circulation des monnaies numériques », peut-on lire dans l’annonce officielle du décret.

Selon le décret, les activités cryptographiques nécessitent une « surveillance constante » et, si nécessaire, « de compléter et de clarifier les normes de réglementation. »

Le pays d’Europe de l’Est veut protéger les investisseurs et les entreprises de cryptomonnaies contre d’éventuelles pertes, et les empêcher de « s’impliquer par inadvertance dans des activités interdites par la loi. »

Une nation favorable aux cryptomonnaies

Le président autocratique estime que son pays a « toutes les chances de devenir un centre régional dans le domaine (des crypto). »

La Biélorussie a déjà adopté une série de mesures favorables aux cryptomonnaies. Par exemple, Lukashenko a déjà approuvé en 2017 une loi qui autorise officiellement la création, l’émission, le stockage, la vente ou l’échange de jetons numériques, ainsi que les échanges de crypto et les activités de minage.

La loi est également assez libérale en matière de fiscalité. Les activités liées à l’extraction, la création, l’acquisition et la vente de jetons resteront exonérées d’impôt jusqu’au 1er janvier 2023.

Il convient également de noter que la Biélorussie est le premier pays à avoir légalisé les contrats intelligents, les introduisant dans la juridiction et donnant aux entreprises le droit de les utiliser dans les transactions.

4 % de la population biélorusse possède des cryptomonnaies

Cependant, en Biélorussie, les cryptomonnaies ne peuvent pas être considérées comme de l’argent (qu’il s’agisse de billets électroniques ou étrangers), ni comme des titres. Contrairement à la Suisse, où les actifs numériques sont soumis à la même réglementation que les devises étrangères.

Selon les données du site de données TripleA, plus de 350 000 Biélorusses, soit 3,73 % de la population, possèdent actuellement des cryptomonnaies telles que le Bitcoin et l’Ethereum.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20