Le code secret pour commander de la cocaïne

A la City de Londres, les problèmes d’addiction aux drogues et à l’alcool augmentent de façon alarmante, rapporte The Guardian.

Daniel est un quarantenaire désintoxiqué depuis deux ans d’une dépendance à la cocaïne. Il avait commencé par boire beaucoup, lorsqu’il avait 25 ans, puis était passé à la drogue dure. Il ne pouvait plus s’empêcher « de balancer ses primes à six chiffres dans le nez », raconte-t-il, en expliquant que son cas est très banal, à la City. « les dealers de cocaïne ne sont pas partis parce que j’ai décroché. Je pourrais vous emmener dans 15 à 20 bars à 5 minutes d’ici où vous pourriez être sûr de pouvoir vous procurer de la cocaïne ». 

Il affirme que dans certains bars de la City, des habitués peuvent commander des bouteilles de vin qui ne figurent pas au menu, et qui ne sont pas davantage à vendre… C’est le code convenu avec le personnel pour commander de la cocaïne. « Tout est mis sur le compte de l’achat d’une bouteille à 60 livres sterling (environ 70 euros), mais ce que les vendeurs vendent, c’est une dose de cocaïne. Ces bars sont gérés par des syndicats du crime et la nourriture et les boissons sont seulement un à-côté. Ce sont des devantures pour le commerce des drogues ».

Richard Kingdon, lui aussi un ancien toxicomane qui a fondé un centre de désintoxication basé à la City, explique que la situation de crise des marchés et les réductions massives d’effectifs des banques ont poussé un nombre incroyable d’employés de la City à chercher des traitements pour leur dépendance.