Le choc économique devrait être encore plus dramatique que prévu

La Défense, le quartier d’affaires de Paris, est aujourd’hui déserté. (EPA)

Le ralentissement économique en Europe provoqué par la crise du coronavirus est encore plus important que ce que l’on ne craignait. Un indicateur économique montre un record historique.

Les perspectives se sont aggravées face à la prolongation des périodes d’immobilisation dans de nombreux pays européens, tandis que la reprise de la vie publique sera probablement plus lente et plus progressive que prévu.

  • L’activité du secteur privé dans la zone euro a franchi un nouveau cap, atteignant des niveaux historiquement bas. L’indice des directeurs d’achat (PMI) de l’agence de recherche britannique Markit en est la preuve. L’indice est déjà tombé à 29,7 points en mars, inférieur à son niveau pendant la crise financière (2008-2009). En avril, l’indice s’est encore effondré pour atteindre 13,5 points. ‘C’est de loin la plus forte contraction de l’activité économique que nous ayons jamais enregistrée’, déclarent les experts étonnés de Markit.
  • La confiance des consommateurs en Allemagne, la plus grande économie de la zone euro, va s’effondrer pour atteindre un niveau historiquement bas en mai, selon l’agence d’études de marché GfK. L’indice de confiance des consommateurs atteindra -23,4 points en mai, selon l’agence. La seule autre fois où l’indice a été négatif, c’était en 2003. Suite à la crise dotcom (bulle Internet), il est tombé à -5 points.
  • En France, autre grande économie européenne, l’Institut national de la statistique Insee a annoncé jeudi que la confiance des entreprises était tombée à son plus bas niveau depuis qu’elle a commencé à être mesurée, en 1980.
  • Au début de cette semaine, un effondrement sans précédent de la confiance des consommateurs a également été annoncé en Belgique.

Lire aussi: