L’artillerie russe mitraille des cibles civiles en Ukraine pour saper le moral de la population

La Russie a considérablement augmenté ses attaques d’artillerie sur les infrastructures civiles ukrainiennes au cours de la semaine dernière. Le Kremlin l’a fait après son illustre retraite d’une partie du sud-est de l’Ukraine.

Samedi, cinq civils ont été tués dans des attaques russes dans la région orientale de Donetsk, en Ukraine. Des dizaines de bâtiments résidentiels, des lignes de gaz et d’électricité ont également été détruits, ont déclaré à Reuters les gouverneurs régionaux. Jeudi dernier, la ville natale du président Volodymyr Zelensky, Kryvy Rih, a été inondée après que les bombardements russes ont endommagé un barrage voisin.

Le président ukrainien a déclaré dans un message vidéo que « tout est mis en œuvre pour résoudre les conséquences d’un nouvel acte méprisable de la Russie ».

Le ministère britannique de la Défense a déclaré que les attaques russes contre les infrastructures civiles avaient considérablement augmenté au cours de la semaine écoulée. « Alors qu’elle est confrontée à des revers sur la ligne de front, la Russie tente de saper le moral du peuple et du gouvernement ukrainiens », a déclaré le ministère.

Les tirs d’artillerie et de roquettes russes ont provoqué des coupures d’électricité et d’eau dans une grande partie de la région de Kharkiv. De nombreuses villes de la région sont plongées dans l’obscurité et les hôpitaux locaux doivent compter sur leur propre approvisionnement d’urgence. L’Ukraine a décrit cet acte comme une « vengeance » de Moscou en raison de ses récentes défaites sur le champ de bataille.

Le charnier d’Izioem

Samedi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré dans un message vidéo que les autorités d’Izioem avaient découvert un charnier contenant les corps d’au moins 440 personnes. La plupart d’entre eux seraient des civils et présentent des traces de torture.

« Les travaux d’excavation à Izium ont continué aujourd’hui », a informé Zelensky dans un message sur Telegram. « De nouvelles preuves de torture des personnes enterrées là ont été trouvées. » Il a ajouté que le personnel de l’ONU se rendra bientôt dans la région pour rendre compte des événements.

Le Kremlin n’a pas commenté la découverte des tombes, mais par le passé, Moscou a toujours nié avoir délibérément attaqué des civils ou commis des atrocités.

Commentant les atrocités, le ministre tchèque des Affaires étrangères a appelé à la formation d’un tribunal international spécial. « La Russie a laissé des fosses communes de centaines de personnes abattues et torturées dans la région d’Izioem. Au 21e siècle, de telles attaques contre la population civile sont impensables et odieuses », a écrit le ministre des Affaires étrangères Jan Lipavský sur Twitter.

Izioem était l’un des principaux bastions de Moscou dans la région jusqu’à ce que la contre-offensive ukrainienne réussie chasse les troupes russes de la ville.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20