L’appli de ‘sexting’ sécurisée de Telenet craquée par l’UGent

Pexels

Une équipe de l’Université de Gand a réussi à utiliser l’intelligence artificielle (IA) pour supprimer le filigrane de l’application Telenet de ‘safe sexting’, .comdom.

Il y a quelques semaines, Telenet annonçait une application de ‘sexting’ sécurisée, en collaboration avec Child Focus. Comdom, c’est le nom de l’application, sorte de ‘préservatif numérique’, place un filigrane sur la photo afin de savoir qui serait le coupable si la photo était partagée. Cependant, ce filigrane s’avère beaucoup plus facile à enlever que prévu…

IA

Une équipe de l’université de Gand a réussi à retirer le filigrane de la photo en quelques jours seulement. Pour ce faire, ils ont construit une IA qui a regardé quelques milliers de photos au hasard et a appris à quoi ressemblent les visages. C’est une intelligence artificielle qui ne nécessite pas d’effort particulièrement important.

Selon les chercheurs Martijn Courteax et Hannes Mareen de IDLab-MEDIA, une équipe dirigée par le professeur Peter Lambert, le logiciel est capable de reconstruire la photo originale presque parfaitement. ‘De cette façon, l’identité de l’expéditeur n’est plus garantie’, semble-t-il.

Une alternative sûre de Snapchat, vraiment ?

Toujours selon l’équipe, l’application .comdom prétend être une alternative sécurisée aux applications comme Snapchat et Confide, mais elle n’offre que l’illusion de la sécurité. ‘Nous regrettons que des entreprises et des institutions de renom revendiquent la sécurité, alors même qu’une attention insuffisante a été accordée à la mise en œuvre de cette sécurité.’

L’application fonctionne comme suit: si vous voulez envoyer une photo (coquine), vous pouvez le faire via l’application .comdom. Celle-ci place un filigrane aléatoire sur la photo et l’envoie ensuite en toute sécurité à l’heureux ou heureuse destinataire. Or il s’avère que ce filigrane s’enlève rapidement.

Les chercheurs illustrent leurs dires par une photo d’équipe. Ici, vous voyez la version filigranée, via .comdom.

.comdom-app testée par l’UGent.

Et en-dessous, celle qui a été restaurée par l’intelligence artificielle de l’IDLab-MEDIA. Vous pouvez clairement voir que la restauration est quasi parfaite.

.comdom-app testée par l’UGent.

L’expert en protection de la vie privée, Matthias Dobbelaere-Welvaert, avait déjà remarqué par le passé que le concept de filigrane pose de nombreux problèmes.

Pourtant, selon les chercheurs, .comdom n’est pas une mauvaise initiative. ‘L’application met en lumière un sujet sensible et encourage également les utilisateurs à se photographier de manière méconnaissable.’ Pourtant, il serait préférable de mieux éduquer les gens sur la vie privée numérique ‘au lieu de promettre une sécurité absolue’, estiment-ils encore.