La vérité sur le pull noir à col roulé de Steve Jobs

La fidélité vestimentaire de Steve Jobs fait désormais partie de sa légende. Il était très rare de le voir porter autre chose qu’une paire de jeans « 501 » et son sweat-shirt noir à col roulé. Gawker rapporte que dans la biographie qui va paraître très prochainement, « Steve Jobs », Walter Isaacson révèle le secret derrière ce qu’il faut bien appeler un « uniforme ».

Lors d’un voyage au Japon dans les années 1980, Jobs avait demandé au Président de Sony, Akio Morita, pourquoi tous les employés de l’usine portaient des uniformes. Il lui avait répondu qu’après la guerre, plus personne n’avait de vêtements. Les firmes comme Sony avaient offert des uniformes à leurs employés pour travailler. Au fil des années, ces uniformes ont été intégrés à la culture des entreprises qui ont développé chacune leur propre signature avec un style bien particulier, parce qu’elles ont compris que les uniformes étaient un bon moyen de créer du lien entre les salariés et leur entreprise.

Chez Sony, l’uniforme avait été créé par le grand couturier Issey Miyake, et consistait en une veste en nylon avec des manches amovibles. Jobs avait contacté Miyake et lui avait demandé de concevoir une veste pour Apple. De retour chez Apple, il avait présenté à tout le monde plusieurs modèles de vestes que Miyake avait dessinées en expliquant qu’il serait formidable que tout le monde les adopte : « Je me suis fait huer sur la scène », avait-il raconté à son biographe. « Tout le monde détestait l’idée ».

Mais il s’était lié d’amitié avec Miyake, et avait continué à lui rendre périodiquement visite. Finalement, il s’était dit qu’il pourrait lui-même porter un uniforme, d’abord pour la commodité que cela apporte, mais aussi pour le message stylistique que l’uniforme fait passer. Il a donc demandé à Miyake de lui dessiner des pulls à col roulé noir, une spécialité de Miyake qu’il appréciait particulièrement. Le styliste lui en a créé une centaine.

Isaacson conclut en expliquant qu’il avait manifesté de la surprise en écoutant cette histoire, et que Jobs lui avait montré sa collection privée de pulls noirs empilés dans son dressing-room en lui disant : « Voilà ce que je porte. J’en ai assez pour le restant de ma vie ». 

Après le décès de Jobs, la société St. Croix, qui commercialise le « pull à col roulé noir de Jobs », a vu ses ventes doubler. La compagnie a décidé de surfer sur ce succès, en proposant de faire un don de 20 dollars à une association caritative de lutte contre le cancer, chaque fois qu’un pull d’une valeur de 175 dollars est vendu. Selon Business Insider, le succès de l’opération est tel, que vendredi dernier, St. Croix se trouvait en rupture de stock

 

Plus
Lire plus...
Marchés