La vérité à propos de la médecine: nous surestimons ses avantages et sous-estimons ses inconvénients

« A chaque pilule que nous avalons, lors de chaque opération ou test de dépistage auxquels nous nous soumettons, il y a de fortes chances que les avantages obtenus ne l’emportent pas sur les inconvénients auxquels nous nous exposons », écrit Julia Belluz de Vox.

Généralement, nous n’y pensons pas. Nous nous concentrons sur l’aide que ces traitements apportent plutôt que sur le mal et nous pensons que des soins de santé valent mieux que peu ou pas de soins de santé.

Cependant, une nouvelle étude de la revue scientifique JAMA, The Journal of the American Medical Association, s’est intéressée aux attentes des patients. Pour ce faire, l’étude s’est basée sur des dizaines d’autres travaux et il est apparu que lorsqu’il s’agit de soins médicaux, nous sommes vraisemblablement irréalistes. En d’autres termes, nous considérons que le verre est toujours à moitié plein malgré la présence de preuves qui devraient nous en empêcher. Lors de l’analyse de 36 études sur une large gamme d’interventions médicales allant des tests de dépistages du cancer aux traitements médicamenteux et chirurgies, deux chercheurs australiens ont découvert que la plupart du temps, les patients surestiment les avantages de ces traitements et sous-estiment leurs inconvénients.

32 études ont porté sur la manière dont les patients perçoivent les avantages d’une intervention médicale et il est apparu que 65% d’entre eux surestiment ces avantages. En ce qui concerne les études portant sur la perception des préjudices encourus par les patients, il est apparu que 67% d’entre eux les sous-estimaient.

« Lorsque nous marchons dans les couloirs d’un hôpital et que nous décidons de nous soumettre à  des traitements, nous sommes exagérément optimistes », expliquent les chercheurs. Lorsque nous acceptons divers tests, procédures et traitements, notre optimisme est exagéré et nous oublions les inconvénients potentiels auxquels nous nous exposons.

« Les participants aux études avaient rarement des attentes précises en ce qui concerne les avantages et les inconvénients. Et pour de nombreuses interventions, indépendamment de savoir s’il s’agissait de traitements ou de dépistages, ils avaient tendance à surestimer les avantages et à sous-estimer les inconvénients », ont précisé les auteurs.

Ce «  biais d’optimisme » est motivé par plusieurs facteurs : les tactiques de marketing de l’industrie médicale, le fait que les médecins ne communiquent pas assez aux patients les évaluations bénéfices-risques d’interventions médicales et l’espoir et la confiance que nous plaçons dans les soins de santé et dans la profession médicale.

Ces attentes irréalistes ont des effets d’entraînement : nous désirons davantage d’interventions médicales même si elles ne nous sont d’aucune aide et si elles nous font du mal. Selon les scientifiques, ce phénomène contribue «  sans aucun doute au problème du surdiagnostic et du surtraitement ».