‘La soeur de Léon Degrelle a caché des femmes juives’

La soeur de Léon Degrelle a abrité clandestinement trois femmes juives à son domicile, pendant la Seconde guerre mondiale.

C’est ce que revèle Joods Actueel. Degrelle était un fasciste wallon notoire qui pendant la guerre a cherché le rapprochement avec Hitler et voyait en lui « l’homme le plus extraordinaire de notre temps… ce génie ». Léon Degrelle reçut plus tard la Ritterkreuz des mains d’Adolf Hitler, et fut par la même occasion promu au rang de « SS-Oberstürmbannführer ».

Le professeur de religion et historien anversois Jan Maes rencontra, lors d’une récente visite en Israel, une femme juive de 86 ans dénommée Hanna Nadel, qui lui raconta que durant la guerre elle fut engagée, en même temps que sa nièce et sa mère, omme aide ménagère par la famille Cornet à Bruxelles, et ce juste après avoir fui leur maison à la suite d’une rafle.

‘Hannah découvrit après quelque temps que Madame Cornet n’était autre que la soeur de Léon Degrelle, le leader des Rexistes, ce tristement célèbre mouvement nazi wallon. Mais lorsque Degrelle se mit lui aussi à partir à la chasse aux Juifs, c’en fut trop pour la famille Cornet, et elle assura au trio de femmes juives qu’elle mettrait tout en oeuvre pour les aider à survivre’, comme l’écrit Joods Actueel. Quoi qu’il en coûte.

Après la guerre, Hannah Nadel émigra en Israël. Degrelle échappa à son châtiment en s’enfuyant en Espagne. D’après le magazine, il y reçut régulièrement, jusqu’à sa mort en 1994, la visite de membres du Vlaams Belang, qui s’appelait encore le Vlaams Blok.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20