La Russie et la France rédigent le manuel de la guerre du futur

Uran-9
Le véhicule de combat sans pilote Uran-9 est présenté au public lors d’un défilé militaire. (AP Photo/Pavel Golovkin)

La Russie travaille au développement d’une première brigade de robots de combat, qui peut être utilisée pour les émeutes de rue et pour la protection des côtes.

Ce sont les médias russes qui l’annoncent sur base de sources militaires. D’ici 2025, le pays veut remplacer les soldats par des machines de combat autonomes plus efficaces et immortelles. 

Dans un premier temps, des travaux sont menés sur une brigade de chars sans pilote, composée de cinq véhicules reliés par intelligence artificielle. De plus, des drones sans pilote armés de bombes et de grenades seront déployés comme soutien dans les airs.

L’expérience de la Syrie

Les Russes mettent à profit l’expérience qu’ils ont acquise durant leurs opérations en Syrie. Les expériences avec un véhicule de combat sans pilote – l’Uran 9 (photo ci-dessus) – se sont très mal déroulées là-bas, mais l’armée russe en a tiré les leçons nécessaires.

Selon l’agence de presse d’Etat russe RiaNovosti, l’initiative doit mettre un terme à ‘la quasi-absence d’un concept intégré d’utilisation de la robotique militaire par les forces armées russes’.

Le président Poutine s’est déjà prononcé à plusieurs reprises sur le déploiement de systèmes de combat sans pilote. Il a récemment déclaré que la Russie avait déjà une longueur d’avance dans ce domaine et qu’elle devait être maintenue.

Les fabricants d’armes russes, quant à eux, ne restent pas immobiles. Un certain nombre d’entre eux travaillent sur des soi-disant véhicules terrestres sans pilote (UGV) ou des véhicules de combat sans pilote. Maintenant que la plupart de ces tests sont positifs, la tâche la plus difficile reste à venir. Le ministère russe de la Défense souhaite concevoir un concept opérationnel intégré permettant de déployer des robots militaires aux côtés des soldats dans les situations de combat. Il n’est pas sans importance dans ce contexte sans législation internationale sur les armes autonomes. 

La ‘Red Team’ française écrit le déroulement de la guerre en 2060

Pourtant, ce ne sont pas seulement les Russes qui préparent des scénarios de science-fiction pour les décennies à venir. Le ministère français de la Défense recrute actuellement cinq personnes pour constituer une ‘Red Team’. ‘Nous recherchons des futurologues, des auteurs de science-fiction et d’autres personnes capables de penser ce qui est impensable aujourd’hui’. Leur tâche est donc de développer des scénarios disruptifs qui pourraient devenir réalité sur le champ de bataille à l’avenir. La ‘Red Team’ devrait ainsi contribuer aux défis auxquels l’armée française pourrait être confrontée sur la période 2030 – 2060.

Nous ne saurons cependant jamais ce que la Red Team pense des futurs scénarios de guerre. Leur travail sera classé ‘top secret’.