La première grande déception de la COP26 est un fait

Plus de 40 pays ont convenu, lors du sommet sur le climat COP26, d’éliminer progressivement leur recours à l’électricité produite à partir du charbon. L’accord semble être un un pas en avant, mais il s’agit en fait de la première grande déception à Glasgow. Le délai dans lequel les pays s’engagent à le faire est trop long, et certaines des plus grandes économies du monde dépendantes du charbon, notamment l’Australie, la Chine, l’Inde et les États-Unis, sont absentes de l’accord. Et juste au moment où de nouvelles recherches montrent clairement que le monde ne dispose que de 11 années supplémentaires de combustion de carbone au rythme actuel pour éviter un réchauffement catastrophique.

Pourquoi est-ce important ?

Les évaluations d'experts ont montré que pour ne pas dépasser un réchauffement de 1,5°C, les économies développées doivent éliminer progressivement le charbon avant 2030, plutôt que dans les années 2030, selon l'accord annoncé mercredi soir.

L’objectif de « reléguer le charbon dans l’histoire » était l’une des priorités du Royaume-Uni, qui a accueilli le sommet de la COP26. L’utilisation du charbon est l’une des principales causes des émissions de gaz à effet de serre. L’accord négocié par le Royaume-Uni à Glasgow prévoit l’engagement de dizaines de pays développés et en développement à ne plus utiliser de charbon, et plus de 100 institutions financières et autres organisations ont également accepté de ne plus financer le développement du charbon.

L’accord s’inscrit dans le cadre de l’accent mis sur l’énergie lors de la cinquième journée du sommet COP26, et fait suite à une vague d’annonces plus tôt dans la semaine, notamment l’engagement de dizaines de pays à mettre un terme à la déforestation. Les principaux pays consommateurs de charbon, dont le Canada, la Pologne, l’Ukraine et le Vietnam, cesseront progressivement d’utiliser le charbon pour leur production d’électricité. Les grandes économies y parviendront dans les années 2030 et les petites économies dans les années 2040.

Pas de changement de paradigme

Mais certaines des plus grandes économies mondiales dépendantes du charbon, notamment l’Australie, la Chine, l’Inde et les États-Unis, sont absentes de l’accord. De plus, les experts estiment que les échéances d’élimination progressive des pays qui ont signé sont beaucoup trop tardives.

Certes, l’accord comprend également l’engagement de plus de 19 pays – dont les États-Unis, le Royaume-Uni et le Danemark – à cesser de financer le développement des combustibles fossiles à l’étranger d’ici à la fin de 2022, et à réorienter les quelque 8 milliards d’euros économisés par an vers des investissements dans les énergies propres. Et si l’Afrique du Sud, l’Indonésie et les Philippines ne se sont pas engagées à éliminer progressivement le charbon, elles ont conclu des accords qui conduiront à la mise hors service anticipée d’un grand nombre de leurs centrales électriques au charbon existantes.

Mais le point essentiel de cette annonce décevante est que le charbon sera essentiellement exploité pour les années à venir. Des évaluations d’experts ont montré que pour ne pas dépasser un réchauffement de 1,5°C, les économies développées doivent éliminer progressivement le charbon avant 2030, plutôt que dans les années 2030, comme le prévoit l’accord annoncé mercredi soir.

L’accord ne change donc pas la donne. Une date limite d’élimination progressive en 2030 devrait être un minimum, et cet accord ne le prévoit pas. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a prévenu que toute nouvelle exploitation de combustibles fossiles doit être arrêtée dès cette année si l’on veut que le monde ne dépasse pas la limite de 1,5°C.

11 années de plus

L’accord annoncé ce jeudi intervient également à un moment où il semble que les émissions mondiales de gaz à effet de serre se soient presque entièrement rétablies après un effondrement pendant la pandémie de coronavirus. Cela signifie que le monde n’a plus que 11 ans pour brûler du carbone au rythme actuel, si l’humanité espère éviter un réchauffement catastrophique.

C’est ce que révèle le dernier rapport sur le bilan carbone mondial, qui vient de paraître. Les résultats, qui reposent notamment sur des mesures atmosphériques, des statistiques énergétiques et des modèles de déforestation, soulignent le chemin que l’humanité doit parcourir pour modifier le cours du réchauffement climatique.

Le rapport annuel est un projet commun de chercheurs de 70 institutions sur cinq continents. Depuis 2015, le projet a suivi la diminution de la quantité de dioxyde de carbone que l’humanité peut se permettre d’émettre si elle espère atteindre l’objectif de l’Accord de Paris de limiter la hausse de la température mondiale à 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels.

En 2015, le quota était de 903 gigatonnes, soit environ l’équivalent de 20 ans d’émissions. Mais la production annuelle de gaz à effet de serre a continué à augmenter, malgré l’accord mondial pour agir. En six ans seulement, l’humanité a brûlé plus de la moitié de son allocation restante de carbone.

Plus, pas moins

Les émissions provenant de la combustion du charbon et du gaz naturel ont atteint des niveaux encore plus élevés en 2021 qu’en 2019, ont découvert les scientifiques. La principale cause de cette augmentation est la croissance économique de la Chine, premier émetteur mondial, qui tire la majeure partie de son énergie du charbon. L’Inde, autre pays dépendant du charbon, a également connu un pic d’émissions avec la reprise de son économie.

La pollution qui réchauffe la planète a également augmenté de 7,6 % aux États-Unis et dans l’Union européenne, les deuxième et troisième plus grands émetteurs de gaz à effet de serre. D’ici la fin de l’année, les émissions totales de ces régions ne devraient être inférieures que de quelques points de pourcentage aux niveaux antérieurs à la pandémie.

Ainsi, malgré quelques petits signes de progrès – les sources d’énergie renouvelables ont continué à se développer et la quantité de carbone absorbée par les forêts restaurées et les sols revitalisés a augmenté – toutes les émissions sont de nouveau sur leur trajectoire à long terme.

Les engagements épars des entreprises et les investissements modestes dans les paquets de relance économique de la COVID-19 n’ont pas suffi à mettre le monde sur une voie plus durable. Les engagements volontaires pris par les pays dans le cadre de l’accord de Paris sont également beaucoup trop limités. Pour avoir ne serait-ce qu’une chance sur deux d’atteindre l’objectif ambitieux d’un réchauffement de 1,5°C, le monde doit immédiatement commencer à réduire les émissions de dioxyde de carbone d’environ 1,4 gigatonne par an, ce qui équivaut à planter environ 21 milliards d’arbres par an.

Aucun tournant

Les émissions provenant du charbon et du gaz sont aujourd’hui respectivement supérieures de 1 et 2 % à ce qu’elles étaient avant le début de la pandémie, selon le rapport sur le bilan CO2. Les émissions liées au pétrole restent légèrement inférieures à celles d’avant COVID en raison de la reprise relativement lente du secteur des transports. La pandémie n’a donc certainement pas marqué un tournant. Dans leur empressement à relancer leur économie, la plupart des pays se sont tournés vers les combustibles les moins chers et les plus faciles à utiliser, sans se soucier des conséquences sur le climat.

Un rapport distinct de Energy Policy Tracker, un consortium de chercheurs universitaires et à but non lucratif, a révélé que les 20 plus grandes économies du monde ont dépensé au moins 300 milliards d’euros pour l’industrie des combustibles fossiles dans le cadre de leur réponse à la pandémie. En revanche, ces mêmes pays ont dépensé environ 250 milliards pour soutenir les énergies propres. Les États-Unis figurent parmi les pires contrevenants, selon le rapport : depuis janvier 2020, plus de 70 % des financements gouvernementaux destinés à l’industrie énergétique sont allés aux combustibles fossiles.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20