La pornographie agit-elle sur le cerveau comme les drogues?

Dans un article de CNN, Naomi Wolf affirme que la pornographie opère un « recâblage du cerveau masculin» et qu’elle rend le contrôle de leurs pulsions plus difficile pour les hommes. Regarder de la pornographie déclencherait la production de la dopamine dans le cerveau, une molécule qui est aussi libérée par la prise de drogues dures. Cette libération de dopamine déclencherait une spirale de dépendance dans laquelle le consommateur doit prendre plus de stimulant, et plus souvent, pour obtenir le même plaisir. Il peut y avoir des conséquences sur le quotidien de ces personnes. Par exemple, des hommes peuvent se désintéresser totalement de leur conjointe, ou lui demander de reproduire les comportements extrêmes qu’ils ont pu visionner dans des œuvres pornographiques.

Mais le site Mind Hack n’est pas tout à fait d’accord avec cette analyse inquiétante. Il concède que la pornographie recâble le cerveau, « mais comme tout recâble le cerveau, cela ne nous dit rien », estime-t-il. Pour le site, Wolf prétend donner un avertissement moralisateur en se basant sur une science qu’elle maitrise à peine et des anecdotes pour expliquer les prétendus effets de la pornographie. Sans prétendre que la pornographie est bonne pour la santé ou qu’elle est bénéfique d’aucune manière, les auteurs du site rappellent qu’on ne devrait la critiquer que sur la base de ses effets dûment prouvés, et pas avec des théories scientifiques mal comprises et inappropriées pour étayer une conclusion morale branlante.

(photo Flickr /   Attributionpar room66)

 


Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20