La faim dans le monde augmente à nouveau à cause du changement climatique

La faim dans le monde a augmenté en2017 pour la troisième année consécutive à cause des conflits etdu changement climatique, ont averti les Nations unies en début desemaine. Cela risque de mettre à mal l’objection mondial d’éradiquerce fléau d’ici 2030, a ajouté l’ONU.  

Au cours de l’année écoulée, 821millions de personnes dans le monde ont été confrontées à unepénurie chronique de nourriture. L’année précédente, 804 millionsde personnes étaient victimes de la famine, indique le rapport desNations unies.

En d’autres termes, une personne surneuf dans le monde a souffert de famine en 2017. Selon leschercheurs, ce problème doit être principalement attribué auxconflits armés ainsi qu’également au changement climatique.

Objectifs

Selon les chercheurs, le problème dela famine mondiale est à nouveau au niveau d’il y a dix ans.Auparavant, on avait observé une décennie de déclin, mais depuislors, on constate une évolution inverse.

Ce rapport, établi par l’Organisationpour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds international dedéveloppement agricole (FIDA), le Fonds international des NationsUnies pour l’enfance (UNICEF), le Programme alimentaire mondial (PAM)et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), souligne que lasituation s’est aggravée ces dernières années, notamment enAmérique du Sud et dans la grande majorité des pays d’Afrique.

« Mais également en Asie, où lafamine avait nettement diminué au cours de la période passée, lesévolutions favorables semblent ralentir », soulignent leschercheurs. « Si les efforts ne sont pas intensifiés, il existeun risque que l’objectif d’éradication de la faim d’ici 2030 ne soitpas atteint. »

Obésité

Auparavant, l’influence des conflitsarmés expliquait la hausse de la faim dans le monde. Cependant,selon le nouveau rapport, il faut également prendre en comptel’impact du changement climatique. « Il y a des signes clairsque le changement climatique a déjà un impact sur l’agriculture etla sécurité alimentaire en ce moment », souligne le rapport.

Les chercheurs indiquent égalementqu’une femme sur trois souffre ‘anémie au cours d’une périodeféconde. Cela pourrait avoir de graves conséquences pour la santédes femmes, mais également pour la condition de leurs enfants.

Des progrès ont cependant étéréalisés dans ce domaine.

L’année dernière, 22% des enfantssouffraient encore d’une pénurie alimentaire. Toutefois, l’annéeprécédente, ce pourcentage était de 25%. Cela signifie cependantque 151 millions d’enfants souffrent toujours d’un manquechronique de nutrition.

D’autre part, les chercheurs notent que672 millions d’adultes souffrent d’obésité, soit plus d’un adultesur huit dans le monde. Il y a quatre ans, il y avait 600 millions depersonnes obèses dans le monde.