La Chine a besoin de 110.000 pilotes et le salaire de départ est de 22.000 euros par mois

Les compagnies aérienneschinoises recherchent activement des pilotes pour équiper les avionsde leur flotte d’aviation en pleine croissance. Cependant, celaaccentue la pression sur la pénurie mondiale de pilotes car un grandnombre d’entre eux sont maintenant attirés par les entrepriseschinoises. Mais la menace est encore plus grande, explique leFinancial Times.  

Afin de pouvoir àl’avenir assurer l’afflux nécessaire de nouveaux candidats, lescompagnies aériennes chinoises ont également acquis de plus en plusd’écoles de pilotes à l’étranger.

Croissance sans précédent en Chine

« La croissance del’aviation chinoise est sans précédent », a déclaré PaulJebely, un consultant en aviation de Hong Kong. Selon le quotidien financier britannique Financial Times, la pression mondiale sur lemarché du travail des pilotes a déjà conduit à l’annulation desvols, à la diminution des profits et à la réduction des vols. Ils’agit en outre d’une menace pour les objectifs de croissance dusecteur de l’aviation dans le monde.

Tim Clark, directeurgénéral d’Emirates, a souligné que les compagnies aérienneschinoises offraient maintenant aux pilotes des forfaits extrêmementcompétitifs pour se rendre à Shanghai ou à Beijing.

Selon les experts, lapénurie de pilotes a été provoquée par la demande croissante devoyages aériens, alimentée par la montée des compagnies aériennesà bas prix au cours des dernières décennies. Certains estiment quecela va de pair avec une réduction du statut et de la rémunérationdes pilotes, tandis que les coûts de formation au pilotageaugmentent dans les pays occidentaux, ce qui découragerait lesnouvelles recrues.

Par contre au cours dessix dernières années, le nombre de pilotes en Chine a presquedoublé, les grandes entreprises chinoises ontintensifié leur recrutement et élargi leur formation offshore. L’industrie de l’aviation en pleine croissance en Inde a également augmenté encore plus la pénurie mondiale de pilotes, font remarquer les observateurs.

Exempts d’impôt

« Les compagniesaériennes chinoises ont considérablement augmenté leurs salairesau cours de la dernière période », souligne Dave Ross, PDG deWasinc International. « Les pilotes d’Amérique latine et decertains pays européens peuvent souvent quadrupler leur rémunérationen Chine. Il y a dix ans, un pilote étranger en Chine percevait d’unsalaire de départ de 10.000 dollars par mois (8.340 euros), salairequi est maintenant passé à 26.000 dollars par mois (près de 22.000euros), et ce revenu est exempt d’impôt. » Selon Ross, le salairechinois pour les pilotes devrait continuer à augmenter.

Cependant, le problèmeest que la Chine n’a que vingt-deux écoles de pilotes et quel’utilisation de son espace aérien intérieur est égalementstrictement limitée. C’est pourquoi les sociétés essaient detrouver des opportunités de formation à l’étranger. La Chine avait5.053 pilotes en formation l’année dernière. La moitié d’entre euxétaient inscrits dans des académies étrangères.

Cela permet aux écoles depilotes étrangères d’avoir recours à une source de revenusimportants. « Cependant, de plus en plus d’entreprises chinoisesessaient d’acheter des écoles dans de nombreux pays », prévientJebely. Cette évolution pourrait conduire de nombreuses écoles àformer principalement des pilotes chinois et à laisser peu de placepour les candidats de leur propre pays.