La Chine a pour projet de valider chaque commentaire avant qu’il soit publié sur internet

L’Empire du Milieu souhaite renforcer son contrôle sur ce qu’il se passe et se dit sur Internet. Il a ainsi pour projet d’imposer aux sites Internet d’examiner et de valider chaque commentaire avant qu’il ne soit publié sur la toile. De quoi brider toujours plus une liberté d’expression minimale, voire inexistante.

L’organisme chinois de surveillance d’Internet a récemment dévoilé plusieurs nouveaux projets de règles visant à contrôler toujours plus fortement ce qu’il se passe sur la toile. Outre l’obligation pour les influenceurs de disposer des qualifications nécessaires pour discuter de sujets hautement professionnels tels que le droit et la médecine, il est également question d’examiner l’ensemble des commentaires avant leur publication et de signaler au service d’information sur Internet toute « information illégale et mauvaise » trouvée, rapporte Insider.

Une mesure pour le bien de tous

Difficile de ne pas voir dans ce projet une nouvelle manière pour les autorités chinoises de contrôler la voix de sa population sur Internet, et ce, même si elles assurent que le but est de « sauvegarder la sécurité nationale et les intérêts publics, et protéger les droits et intérêts légitimes des citoyens ».

D’ailleurs, s’ils les souhaitent, les internautes chinois peuvent donner leur avis sur cette nouvelle mesure jusqu’au 1er juillet. Après quoi, elle devrait somme toute entrer en vigueur.

Les réactions ne manquent pas

Certains ne se sont pas fait prier et ont exprimé leur inquiétude concernant l’érosion supplémentaire de leurs espaces de liberté d’expression en ligne. « Je ne peux pas imaginer ce que ce sera de ne voir qu’une seule voix particulière (d’opinion). Est-ce que les gens penseront que dans la vraie vie, il n’y a qu’une seule voix ? », s’est inquiété un utilisateur de Weibo, la version chinoise de Twitter où la censure est déjà bien présente. Le sujet est particulièrement populaire sur Weibo, avec un hashtag dédié à plus de 35,2 millions de vues.  

Malheureusement pour eux, les projets de réglementation en Chine « sont généralement adoptés sans révisions majeures », selon le South China Morning Post.

Les commentaires, le dernier point fâcheux pour les autorités

Ce n’est pas un secret, l’Empire du Milieu exerce une censure particulièrement forte sur sa population, que ça soit dans les médias ou sur Internet, mais jusqu’ici les commentaires étaient traditionnellement moins surveillés que les publications, selon le MIT Technology Review.

Cette nouvelle réglementation qui devrait logiquement entrer en vigueur à une date encore inconnue vient donc corriger le dernier point fâcheux pour les autorités. L’apparition de plusieurs commentaires négatifs sous les publications des comptes du gouvernement, ainsi que les plaintes suite aux pénuries alimentaires dans un contexte de confinement strict sont certainement ce qui a poussé les autorités à élaborer cette nouvelle règle.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20