La Belgique, seul pays de l’Union européenne qui a continué à vendre des produits chimiques interdits à la Syrie

Trois entreprises belges ont vendu des dizaines de tonnes de produits chimiques à la Syrie et au Liban. L’un de ces composants sert pourtant à la fabrication de gaz sarin. Pire, la douane belge était au courant malgré l’interdiction qui court depuis 2013.

Il s’agit de trois entreprises anversoises: A.A.E. Chemie Trading, Annex Customs et Danmar Logistics. Elles ont effectué en tout 24 livraisons litigieuses. Depuis 2013, cela représente des tonnes de produits chimiques interdits exportés vers la Syrie et le Liban.

On y retrouve de l’isopranol, un composant qui peut servir à la fabrication de gaz sarin. L’OIAC, l’Organisation internationale pour l’interdiction des armes chimiques des Nations unies, a pourtant interdit l’exportation de produits chimiques dangereux verts la Syrie depuis 2014.

Triste record

Selon l’enquête du magazine Knack, la douane belge était même au courant et a donné son autorisation. La Belgique est ainsi le seul pays à avoir continué à livrer de l’isopranol et/ou du propanol vers la Syrie après juillet 2013.

Parmi les 24 livraisons étudiées entre mai 2014 et décembre 2016, on retrouve 168tonnes d’isopropanol, 219 tonnes d’acétone, 77 tonnes de méthanol et 21tonnes de dichlorométhane. Les destinations étaient la Syrie et le Liban.

Notons que lors de l’opération de la communauté internationale en vue de détruire l’armement chimique de la Syrie en 2014, 120 tonnes d’isopranol avaient justement été détruites.