L’Iran a-t-il vraiment aboli la police des mœurs ? La réponse est plus nuancée que « oui » ou « non »

Dimanche, le procureur général iranien Mohammed Jafar Montazeri aurait annoncé que le pays allait supprimer la police des mœurs. Les détracteurs du régime relèvent néanmoins quelques nuances.

Pourquoi est-ce important ?

L'Iran a essuyé de critiques sans précédent ces derniers mois pour la mort de Mahsa Amini, 22 ans, après son arrestation par la police des mœurs. Elle a été arrêtée pour avoir mal porté son foulard et est décédée deux jours plus tard, vraisemblablement à la suite de brutalités policières. Sa mort a déclenché une véritable révolution, contre les lois sur le hijab et le gouvernement iranien.

Dans l’actu : la police des mœurs aurait été supprimée. C'est ce que plusieurs médias ont retenu du discours de Mohammed Jafar Montazeri, procureur général d'Iran.

  • Lors d'une conférence religieuse, on a demandé à Montazeri "pourquoi la police des mœurs est introuvable". "La police des mœurs ne relève pas du pouvoir judiciaire, mais de la police elle-même, qui l'a lancée et l'abandonne aujourd'hui", a-t-il déclaré. Il s'est empressé d'ajouter que le tribunal continue d
Cet article premium est réservé aux abonnés
Devenez un abonné et obtenez un accès immédiat et illimité à tous les articles. Maintenant à partir de 1,99€/mois.

Oui, je veux avoir accès à tous les articles premium
Peut être annulé à tout moment
Déjà abonné ? Connectez-vous .
Plus d'articles Premium
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20