Il existe maintenant des cryptomonnaies conformes à la charia

Pour la foi islamique,l’activité économique doit être basée sur des actifs physiquesréels et non sur la spéculation. Par conséquent, beaucoup depersonnes au sein des États du Golfe ne considèrent pas le Bitcoin,l’éthereum et les autres monnaies virtuelles comme conformes à lacharia.  

Les cryptomonnaies ausens large n’ont pas encore été officiellement interdites en Arabiesaoudite et dans les Emirats arabes unis, mais ces gouvernements ontémis des avertissements au sujet de l’achat de Bitcoin par leurscitoyens.

Cependant, un nouveau typede cryptomonnaie en conformité avec la charia est en train de voir lejour, explique le magazine Quartz. A Dubaï, la startup OneGram acréé une monnaie virtuelle soutenue par l’un des actifs les plusstables au monde : l’or. Chaque unité de valeur de cettemonnaie virtuelle est soutenue par un gramme d’or physique conservé dans un coffre-fort. Ces caractéristiqueslimitent donc la volatilité et de spéculation et cette cryptomonnaie a reçu l’approbation du consultant en financementislamique de Dubaï, Al-Maali Consulting.

Foi islamique

« Les cryptomonnaiessont particulièrement sensibles aux fluctuations et à laspéculation », explique le magazine Quartz. « La monnaievirtuelle forme donc un produit financier qui ne semble pas adaptéau monde musulman. En effet, selon la foi islamique, l’activitééconomique doit être basée sur des actifs physiques réels et nedoit pas être spéculative. »

« Les musulmanspratiquants n’investissent pas non plus dans des produits bancairesoffrant des rendements via le paiement d’intérêts. Par conséquent,de nombreux musulmans pensent que des produits tels que le Bitcoin,l’Ethereum et d’autres cryptomonnaies ne sont pas conformes à lacharia. »

« C’est pour cetteraison que les marchés musulmans ont été plus lents à négocieren devises numériques. Pourtant, il y a beaucoup d’argent en jeudans la finance islamique : les pays musulmans représentent 9%du PIB mondial. »

L’or, une valeur refuge

« Nous essayons deprouver que les règles et les régulations de la charia sonttotalement compatibles avec la technologie de la blockchainnumérique », a déclaré Ibrahim Mohammed, co-fondateur deOneGram.

L’or est relativementstable alors que le Bitcoin fluctue fortement d’un jour à l’autre. Sur les marchéstraditionnels, l’or est souvent perçu comme une valeur refuge contreles troubles économiques ou l’inflation.

« Avec l’or, si lemarché boursier s’effondre, vous possédez toujours des actifsphysiques dans un coffre-fort. Le concept de l’or s’aligne donc plusétroitement sur les règles anti-risques de la charia »,explique Quartz.

En Malaisie, la sociétéHelloGold a déjà lancé un projet similaire.