Flop ? Les ventes de terrains virtuels dans les métavers ont chuté de 98% depuis 2021

Les investisseurs se désintéressent rapidement de l’immobilier virtuel au sein du métavers depuis le krach des cryptomonnaies.

Après une croissance sans précédent du commerce de terrains virtuels l’année dernière, le volume des échanges de terrains numériques s’est rapidement effondré ces derniers mois. Selon les données de Delphi Data, les chiffres de vente de biens immobiliers se seraient effondrés de 98% dans 18 projets métavers. Le pic de popularité du metaverse land a apparemment été atteint en novembre 2021, avec un volume d’échange mensuel dépassant les 8 millions de dollars.

Le boom de l’immobilier virtuel a démarré l’année dernière après que des entreprises technologiques comme Meta et des acteurs financiers majeurs comme Citibank et Grayscale ont annoncé qu’ils allaient s’impliquer dans les mondes numériques. Le premier a même changé le nom de sa société, passant de Facebook à Meta, pour refléter l’importance que revêtent les paris sur un monde virtuel pour le géant de la technologie. Cela se traduit par une évaporation majeure de la valeur de l’entreprise.

Toutefois, l’implosion actuelle du commerce dans les terres virtuelles n’est guère surprenante. Les actifs numériques ont été durement touchés ces derniers mois en raison des turbulences sur les marchés mondiaux. Les taux d’inflation galopants, la hausse des taux d’intérêt et la crise énergétique en Europe créent beaucoup d’incertitude parmi les investisseurs, qui préfèrent donc suspendre leurs investissements dans les actifs numériques pour le moment. La cryptomonnaie la plus précieuse au monde, le Bitcoin, a perdu plus de la moitié de sa valeur marchande totale depuis novembre 2021.

La fièvre de l’immobilier numérique

Cependant, l’immobilier virtuel était la prochaine grande nouveauté, selon les entreprises du métavers. Cette situation a donné lieu à une sorte de fièvre de l’immobilier numérique l’année dernière, les investisseurs essayant d’acheter les meilleures parcelles de terrain, parfois pour des millions de dollars. En février dernier, par exemple, la grande banque JP Morgan a ouvert un salon dans le métavers de Decentraland. À l’époque, la banque prévoyait que les dépenses publicitaires dans le métavers atteindraient 18,41 milliards de dollars d’ici 2027.

Maintenant que la hype médiatique autour de l’immobilier virtuel s’est calmé, de plus en plus d’investisseurs s’interrogent sur l’utilité de ces parcelles de terrain numériques. Certains critiques affirment qu’il y aurait une offre excédentaire de ces actifs, ce qui laisserait trop peu de rareté pour attirer les acheteurs.

Pourtant, le métavers pourrait toujours faire son retour. En juin, les géants de la technologie Meta et Microsoft ont annoncé la création du Metaverse Standards Forum. Cela devrait devenir une sorte d’organisation centrale de tous les développeurs et entreprises travaillant sur un métavers. Ainsi, certaines des plus grandes entreprises du monde continuent de parier lourdement sur l’avenir des mondes numériques.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20