Marchés:
Chargement en cours…

SAMEDI 26 SEP

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

La Turquie limoge 15 000 professionnels de l’éducation et 21 000 professeurs

Logo Business AM

19/07/2016 | express.be | 5 min de lecture

Suite à la tentative de putsch survenue en Turquie ce weekend, les purges massives se poursuivent dans le paysOutre les 3500 soldats et les 3000 juges arrêtés, près de 257 membres du personnel du cabinet du Premier ministre (soit près de 10 % des effectifs totaux) suspectés d’avoir des liens avec les auteurs de la tentative de coup d’Etat ont été limogés. 85 généraux et amiraux attendent maintenant d’être jugés par des tribunaux du pays pour leur éventuelle participation au complot. Des douzaines d’autres sont encore interrogés. Une centaine d’employés des services de renseignements ont également été limogés, comme – tenez-vous bien – près de 8 000 policiers. Au total, près de 20 000 militaires, policiers ou professionnels du droit ont été limogés. En outre, 15 200 fonctionnaires de l’éducation, et 21 000 enseignants et formateurs d’institutions privées, ont également été suspendus. En outre, le ministère de l’Education turc a demandé la démission de la totalité des doyens d’université du pays.

Fethullah Gulen

Le gouvernement turc a en outre officiellement réclamé l’extradition de Fethullah Gulen, un religieux musulman qui réside actuellement en Pennsylvanie, qu’Erdogan accuse d’avoir ourdi ce coup d’Etat. Le principal intéressé nie y être associé, et lui retourne la politesse, affirmant que le putsch a été ordonné par Erdogan lui-même. Toutes les licences concédées aux stations de radio et chaînes de télévision liées à l’organisation “guleniste” FETO/PDY – il y en aurait plus d’une vingtaine – ont été annulées. Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits humains, Zeid Ra’ad Al Hussein, s’est dit “alarmé par les suspensions de masse ou les limogeages de juges en Turquie”, et a jugé que le rétablissement de la peine de mort, réclamé par certains membres du gouvernement turc, serait “un grand pas dans la mauvaise direction”, et qu’il violerait les responsabilités de la Turquie au regard des lois internationales.

Le mot “terroristes” reste sur le bout de la langue

“La Turquie, autrefois un modèle de démocratie dans le monde islamique, dit adieu à l’Europe et à la démocratie”, se désole le journaliste lituanien Rimvydas Valatka sur le site Delfi :“Au lieu des généraux éduqués selon les principes d’Ataturk, nous voyons un calife musulman narcissique et revanchard. (…) Pourquoi tous les dirigeants de l’UE ont félicité la Turquie pour avoir défendu la démocratie contre l’armée ? Sont-ce des “défenseurs de la démocratie” qui ont décapité des soldats sans défense avec des couteaux ? Après de telles victoires de “démocrates”, le mot “terroristes” demeure sur le bout de notre langue. Erdogan a déjà limogé 3 000 juges. Cela n’est pas sans rappeler les purges menées en Union Soviétique en 1937. Cet assaut sur les juges prouve que la Turquie est en train de devenir une dictature dans laquelle les juges devront être aux ordres du gouvernement. Est ce que ce n’est pas celui-là, le vrai coup d’Etat ?”Cependant, de plus en plus de voix s’étonnent de la rapidité avec laquelle le gouvernement turc a pu dresser des listes de comploteurs supposés aussi impressionnantes, et mener ces purges. En outre, Reuters a rapporté que l’on se demande pourquoi les deux chasseurs F-16 pilotés par des pilotes putschistes qui avaient pris l’avion présidentiel d’Erdogan en chasse, alors que celui-ci ramenait le président turc à Istanbul après ses congés dans la station balnéaire de Marmaris, n’ont rien fait pour l’abattre…


Corona Virus Update

  • Monde
  • Nombre
    d'infections
    32.471.139
  • Nombre
    de décès
    987.710
  • Belgique
  • Nombre
    d'infections
    110.976
  • Nombre
    de décès
    9.969
Biden vs Trump
ÉLECTIONS AMÉRICAINES
Suivez le live ici chaque jour
Logo Business AM

Business AM | Stocks