En Chine, 40% de l’économie est affectée par les lockdowns: une bombe à retardement dont personne ne s’inquiète vraiment

Alors que la Chine annonce à nouveau des morts liés au Covid, pas moins de 45 villes chinoises sont en lockdown ou subissent des mesures de confinement. Cela affecte environ 40% de la deuxième plus grande économie du monde. Après la guerre en Ukraine et l’inflation, ce troisième nuage sombre sur l’économie mondiale est pour le moment sous-estimé.

400 millions de personnes subissent actuellement des mesures de restriction sanitaire en Chine. C’est le résultat de la politique « zéro-covid » de Pékin, qui procède à des confinements stricts dès qu’un foyer conséquent est détecté.

Et la Chine ne plaisante pas avec les mesures de confinement. Comme l’ont montré de nombreuses images de Chinois bloqués dans leur tour pendant des jours, les privant parfois de nourriture ou de médicaments. La situation est devenue par endroit incontrôlable et le sacro-saint respect des consignes est parti en lambeaux, notamment à Shanghai, le cœur économique et industriel de la Chine. Le régime chinois a nécessairement été contraint de lâcher du lest.

Selon les données de Nomura Holdings, une banque d’investissement japonaise, environ 40% de l’économie chinoise est affectée par les mesures de confinement, soit quelque 7,2 billions de dollars.

Le port de Shanghai, qui a traité plus de 20% du trafic de marchandises chinois en 2021, est pratiquement à l’arrêt. Les marchandises mettent 8 jours de plus pour arriver à destination.

Croissance et chômage

Entamées durant le mois de mars, ces mesures de restriction pèsent déjà clairement sur l’économie chinoise. Alors que les deux premiers mois de l’année ont été relativement bons compte tenu de la situation internationale, avec une croissance de 4,8%, les ventes au détail sont désormais en baisse de 3,5%. La production industrielle a aussi ralenti de 2,5% par rapport à janvier et février.

Dans 31 grandes villes, le chômage a atteint 6% en mars, un niveau record. Parmi les personnes âgées de 16 à 24 ans, le chômage a atteint 16%, son niveau le plus élevé depuis huit mois.

Ce ne sont que des signes avant-coureurs, selon les analystes. La gravité de la situation n’est pour le moment pas bien perçue : « Les marchés mondiaux sous-estiment l’impact, car l’attention reste concentrée sur le conflit russo-ukrainien et sur les hausses de taux de la Réserve fédérale américaine », a écrit Lu Ting, économiste en chef de Nomura pour la Chine, cité par CNN.

« Les données économiques d’avril devraient encore se détériorer », a écrit lundi Larry Hu, économiste en chef pour la Grande Chine chez Macquarie Group.

Les analystes évoquent même le risque de récession pour le prochain trimestre. L’objectif de croissance pour l’année est d’ores et déjà affecté, passant de 5,5% à 4%, selon certaines prévisions. Pour les experts de la Société Générale, « l’économie chinoise est en détresse ».

Économie mondiale

Outre le port de Shanghai, les usines des fournisseurs d’Apple et Sony sont à l’arrêt, tout comme les constructeurs automobiles Volkswagen et Tesla.

Une fois de plus, toute la chaine d’approvisionnement devrait connaitre de nouveau contretemps. Les compagnies aériennes de fret ont annulé tous les vols à destination et en provenance de Shanghai. Plus de 90% des camions assurant les livraisons à l’importation et à l’exportation sont actuellement hors service. Or, Shanghai produit 6% des exportations de la Chine, selon l’annuaire statistique du gouvernement pour 2021.

« L’impact sur la Chine est majeur et les effets d’entrainement sur l’économie mondiale sont assez importants », a déclaré Michael Hirson, chef de pratique d’Eurasia Group pour la Chine et l’Asie du Nord-Est, lui aussi cité par CNN. « Je pense que nous pouvons nous attendre à plus de volatilité et de perturbations économiques et sociales pour les six prochains mois, au moins. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20