« C’est au bureau ou c’est la porte »: les employés reviennent sur place… mais Tesla n’a pas assez de bureaux pour les accueillir

Suite aux menaces de licenciement envers ceux qui veulent continuer à travailler depuis chez eux, les employés de Tesla reviennent sur place. Mais le fabricant de voitures électriques semble pris au dépourvu : il n’y a pas assez de place de parking, pas assez de tables de bureau et la connexion wifi est surchargée.

« C’est au bureau ou c’est la porte », clamait récemment Elon Musk, pour qui le télétravail n’est pas du travail. Il menaçait de licencier les employés de Tesla s’ils ne revenaient pas prester au moins 40 heures par semaine en présentiel. Pour les employés de Twitter, entreprise que Musk est en train de racheter, l’homme le plus riche du monde s’est également fendu de commentaires : « il faudrait accueillir des sans-abris dans les bureaux, tellement il n’y a personne qui y va », racontait-il.

Les employés de Tesla sont donc revenus au bureau. Sur le site de Fremont, en Californie, pour être précis. Sauf que cela ne s’est pas passé comme prévu. Déjà, il était compliqué de se garer, par manque de places de parking. Ensuite, le problème était le même au niveau des bureaux : de nombreux employés n’en ont pas trouvé s’y installer, là aussi, car il y avait trop de monde, de sorte que certains ont été priés de travailler depuis chez eux. Un comble. Enfin, la connexion wifi posait également problème – ce qui est d’une certaine ironie, sachant que Musk est également le patron de Starlink, un fournisseur d’internet par satellite -, rapporte The Verge.

Effectif doublé depuis 2019

Musk a-t-il mal évalué le nombre de ses employés et les capacités d’accueil des bureaux? C’est ce que la situation laisse en tout cas croire. Depuis 2019, le nombre d’employés a doublé au sein de la société de véhicules électriques. Entre 2019 et aujourd’hui, il y a également eu deux ans de pandémie, qui ont imposé le télétravail. Entre-temps, les bureaux ne semblent donc pas avoir suivi cette tendance à la hausse (qui n’est cependant pas clairement chiffrée pour le site de Fremont). Pendant ces deux ans, certains bureaux auraient aussi été transformés pour répondre à d’autres besoins.

Le problème devrait encore être accentué, car Musk a annoncé que d’ici un an, le nombre total d’employés sera plus élevé qu’aujourd’hui (environ 100.000 personnes). Mais avant cela, des licenciements auront lieu : Musk voulait se séparer de 10% des effectifs, suite à un « pressentiment super mauvais à propos de l’économie », mais a depuis revu ce nombre à la baisse : 3 à 3,5% des effectifs recevront alors leur C4.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20