Des millions d’enfants pensent que les assistants virtuels intelligents sont des personnes

Alors que des millions defamilles acquièrent des assistants vocaux intelligents pour réaliser différentes tâches telles qu’éteindre les lumières,commander des pizzas ou louer des films, les enfants coopèrentavidement avec ces dispositifs technologiques. Toutefois, cetteconfiance des enfants envers l’intelligence artificielle peut influencer leur comportement de manière positive, en les rendant plus curieux, mais peut également aboutir à desconséquences négatives en ce qui concerne leur développement.

Des discussions au sujet des assistants virtuels intelligents sont en cours aux États-Unis depuis un certain moment. « Beaucoup deparents sont surpris et intrigués par la façon dont ces voixdésincarnées et connues – Alexa, Google Home, Microsoft Cortana -influencent le comportement de leurs enfants, les rendant pluscurieux mais aussi, parfois, beaucoup moins polis », expliqueMichael Rosenwald, journaliste au Washington Post.

« Pour les enfants,le potentiel d’interactions transformatrices est tout aussidramatique – à la maison et dans les salles de classe. Lespsychologues, les technologues et les linguistes commencent à peineà s’interroger sur les périls possibles encourus par les enfants ausein d’un environnement accompagné par l’intelligence artificielle,en particulier lorsqu’ils traversent des étapes importantes dudéveloppement social et linguistique. »

Entité non-humaine sans intelligence émotionnelle

« La façondont ils réagissent et interagissent avec cette entité non-humaine est,pour moi, la plus grande question », a déclaré Sandra Calvert,psychologue à l’Université de Georgetown et directrice duChildren’s Digital Media Center. « Et comment cela affecte-t-ilpar la suite la dynamique familiale et les interactions sociales avecles autres ? »

Les partisans de cettetechnologie estiment que les enfants apprennent généralement àacquérir des informations en utilisant la technologie dominante dumoment. « Maisque se passe-t-il si ces gadgets poussent les enfants, dont lesvisages sont déjà collés aux écrans, à aller plus loin lors desituations où ils apprennent d’importantes compétencesinterpersonnelles ? », s’interroge le journaliste.

« Ces appareils n’ontpas d’intelligence émotionnelle« , estime Allison Druin, unprofesseur de l’Université du Maryland qui étudie comment lesenfants utilisent la technologie. « Ils ont une intelligencefactuelle. » Selon Druin, il n’est pas certain en outre que lesentreprises impliquées fassent attention au problème. Les enfantsapprécient certainement la compagnie de ces dispositifs et lesconsidèrent comme un autre membre de la famille.

« Les enfantsd’aujourd’hui seront façonnés par l’IA, tout comme leursgrands-parents ont été façonnés par de nouveaux appareils appeléstélévision. Mais à l’époque, il n’était pas possible de parleravec une télévision », explique Michael Rosenwald.

Anthropomorphisation

Selon Sandra Calvert, denombreux enfants anthropomorphisent la technologie, tout comme lesadultes humanisent aussi leurs chiens ou leurs voitures. Celasignifie que les enfants attribuent des traits humains à quelquechose qui ne l’est pas. Les robots sont traités comme des êtreségaux, principalement par les enfants.

Cependant, selon Druin, leproblème est que ce lien émotionnel crée des attentes chez lesenfants auxquelles ces appareils n’ont pas été conçus pour répondre, ce qui peut provoquer de la confusion, de la frustration et même des changementsdans la façon dont les enfants parlent ou interagissent avec lesadultes.

« Après tout, lesenfants apprendront par la technologie de quelle manière lesquestions les plus efficaces peuvent être posées aux assistants. » Naomi Baron, linguiste àl’Université américaine spécialisée en communication numérique,se demande si ces appareils – même s’ils deviennent encore plusintelligents – pousseront les enfants à privilégier les termessimplistes plutôt que les nuances et questions complexes.

Et puis, il existe un ‘recâblage’ potentiel de la communication adulte-enfant. « Les assistantscréés par Google, Amazon et autre sont conçus pour que lesutilisateurs puissent poser des questions rapidement et sans ambages.Et les parents remarquent des changements pas si subtils chez leursenfants », souligne le blogueur américain Hunter Walk.

« Cognitivement, jene suis pas sûr qu’un enfant comprenne pourquoi vous pouvez dirigerAlexa mais pas une personne », écrit Walk. « Cela crée desmotifs et des renforts qui, tant que votre diction est bonne, vouspermet d’obtenir ce que vous voulez sans politesse. »

Amazon a maintenant lancéune nouvelle variante d’Alexa. L’appareil doit apprendre aux enfantsà utiliser la politesse dans leurs conversations.