La demande de produits manufacturés s’effondre : le secteur du transport maritime… n’a pas assez de commandes

Le secteur du transport entre dans une nouvelle crise, mais cette fois, il ne s’agit pas de difficultés à honorer les commandes occidentales. Celles-ci ont drastiquement baissé, alors que la flotte mondiale est en croissance. À tel point qu’en Chine, on envisage de décaler les vacances de fin d’année tant les commandes sont rares dans les usines.

Pourquoi est-ce important ?

La Chine reste l'usine du monde, mais comment celle-ci peut-elle envisager l'avenir, si le reste du globe consomme de moins en moins ? Les commandes de produits manufacturés sont si basses que le secteur du fret s'inquiète, ce qui provoquera sans doute une nouvelle vague de retards. Un cercle vicieux ?

L’actualité : les commandes américaines aux usines chinoises ont baissé de 40 %, à tel point que le système mondial du fret risque d’être – une fois de plus – perturbé.

  • La chute de la demande américaine de biens manufacturés en Chine atteint les 40 %, selon les données de CNBC Supply Chain Heat Map. Une situation qui met la pression sur le secteur du transport maritime par conteneurs.
  • L’industrie du fret va réagir en reportant les exportations et en annulant le départ de certains navires. Les transporteurs tentent de réagir à ce déséquilibre entre l’offre et la demande, y compris par des voyages à vide. Le volume total de conteneurs acheminés de la Chine vers les USA a chuté de 21 % entre août et octobre.
  • « La baisse constante des taux de fret par conteneur en provenance d’Asie, causée par l’effondrement de la demande, oblige les transporteurs maritimes à annuler plus de traversées que jamais, alors que l’utilisation des navires atteint de nouveaux seuils « , estime auprès du média économique Joe Monaghan, PDG du Worldwide Logistics Group.

Conséquences : face au risque de surproduction à la sortie de ses usines, Worldwide Logistics s’attend à ce que les autorités chinoises décrètent la période de vacances deux semaines plus tôt que prévu. Traditionnellement, les usines ferment durant les sept jours qui suivent le Nouvel an chinois, qui tombe cette année le 21 janvier.

  • « De nombreux fabricants seront fermés début janvier pour les vacances, ce qui est beaucoup plus tôt que l’année dernière », signale Joe Monaghan.

Le contexte : après une période de hausse exponentielle des prix suite à la reprise post-épidémique, le secteur du fret se trouve confronté au mouvement inverse, et ce, alors que la flotte mondiale est en pleine expansion.

  • Les analystes de HLS, le géant du transport maritime asiatique, prévoient une nouvelle baisse de 2,5 % des volumes de conteneurs et une augmentation de près de 5 à 6 % de la capacité en 2023, ce qui continuera d’avoir un impact négatif sur les taux de fret en 2023.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20