De Croo a un accord avec Engie, mais cela ressemble plus à un accord partiel : « Pas d’accord définitif avant mars »

L’accord avec Engie est conclu, disent les cercles gouvernementaux. Le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) et Tinne Van der Straeten (Groen) expliqueront dès que possible ce qu’ils ont négocié avec Engie au sein du Kern. « Ce n’est pas encore prévu, l’accord n’est pas encore trouvé », répond prudemment le Seize (mise à jour : un kern aura finalement lieu à 15h30). Mais tout le monde suppose que la Vivaldi donnera enfin son feu vert pour maintenir ouverts les réacteurs nucléaires de Doel 4 et Tihange 3 pendant dix années supplémentaires. Mais dans les faits, l’affaire n’est pas tout à fait conclue : les Français la jouent dur jusqu’au bout. Ils veulent d’abord des éclaircissements sur la facture totale des déchets. Ils ne signeraient pas l’accord avant mars.

  • Un accord, mais pas définitif à 100%. Telle semble être la conclusion d’un marathon de négociations que le géant français de l’énergie Engie a mené ces dernières semaines avec le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) et sa ministre de l’Énergie, Tinne Van der Straeten (Groen).
  • Dans De Zondag, le Premier ministre a avoué qu’il avait dû y sacrifier la quasi-totalité de ses vacances de Noël : après une journée et demie de vacances au ski, il avait dû y laisser sa famille pour parler aux Français. « J’ai quelque chose à rattraper là-bas », a-t-il déclaré au journal à propos de sa famille.
  • Dans le même temps, l’échéance n’a cessé de se déplacer : là où le Premier ministre avait initialement annoncé à la Chambre vouloir un accord pour le Nouvel An, après l’échec de l’été 2022, l’échéance avait été déplacée au week-end dernier.
  • Le Premier ministre espérait annoncer son accord dimanche : une visite des studios de VTM avait soigneusement été prévue, hier après-midi. Mais ce rendez-vous a aussi été manqué, tout simplement parce qu’il n’y avait pas d’accord. La nouvelle ministre de la Coopération au développement, Caroline Gennez (Vooruit), est apparue en remplacement.
  • Étonnant : ce matin, le Seize n’a pas voulu confirmer que l’accord avait été trouvé. Mais d’autres sources gouvernementales sont claires : il y a en fait un accord, mais il n’est pas vraiment élégant pour le moment.
  • Car une fois de plus, Engie refuse de plier. Ils continuent de pousser sur le point le plus sensible de toute la négociation : la facture maximale qu’ils ont négociée pour l’élimination des déchets et le démantèlement des centrales. Ce nettoyage et les coûts associés ont toujours été le véritable objectif des négociations. C’est maintenant évident une fois de plus.
  • Car Engie et la Vivaldi s’accordent à dire qu’une fois qu’il y aura un deal de base, l’AFCN pourra faire faire une étude sur le coût. Or ce rapport ne serait pas prêt avant mars et contiendrait les estimations les plus récentes des déchets et des coûts. « Et ce n’est que lorsqu’Engie et le gouvernement seront enfin d’accord sur les chiffres que les Français signeront. C’est donc un accord sans signature de leur part, pour l’instant », a déclaré un haut responsable de la Vivaldi.
  • Le duo De Croo-Van der Straeten semble désormais à nouveau bloquer sur un d’accord partiel, qui pourrait faire en sorte que les travaux peuvent déjà commencer sur Doel 4 et Tihange 3. Dans le but d’être prêts pour une réouverture dans les plus brefs délais, afin de répondre aux hivers à venir. Mais cela s’annonce très difficile pour l’hiver 2025 : ce sera probablement sans centrales nucléaires en activité en Belgique.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20