De 400 à 1.000 loups vivent en Allemagne et les politiciens ne savent plus où donner de la tête

De plus en plus de loupssont signalés en Allemagne. Les animaux traversent les frontières allemandes depuis l’Europe de l’Est. Les agriculteursallemands craignent pour leur bétail. Des mesures drastiques sontdonc requises pour le secteur agricole. Cependant, les protecteursd’animaux mènent la résistance. La question a également confirméles contradictions dans la politique allemande.

Au cours du 19ème siècle,les chasseurs ont éradiqué la population de loups d’Allemagne. Ledernier exemplaire a été tué en 1904. Pendant des décennies, lesloups ont été confinés à l’Europe de l’Est.

Toutefois, avec la fin dela guerre froide et la démilitarisation des zones frontalières,ainsi qu’avec l’introduction de normes améliorées pour laconservation des forêts et des règlements de chasse plus strictes,les loups ont commencé à se déplacer vers l’ouest, passant de laPologne à l’Allemagne au tournant du millénaire.

Fermes

« Leur nombre augmentesans cesse en Allemagne », écrit le magazine The Economist. »Le nombre de meutes recensées en Allemagne est passé de 47 à60, ce qui porte le nombre total de loups à environ 400. Lesagriculteurs estiment cependant que le chiffre réel est supérieuratteignant 1.000 loups. »

Alors qu’ils étaientconcentrés dans le nord-est, ils se sont répandus dans le reste dupays. En Basse-Saxe, un Etat allemand avec une agriculture intensive,le nombre d’animaux de ferme tués par les loups est passé de 178 à403 l’année dernière.

« Lesagriculteurs allemands se demandent comment résoudre le problème »,explique The Economist. L’approche des loups divise également la classe politique allemande.  Le parti d’extrême droiteAlternative pour l’Allemagne (AfD) etles démocrates libéraux du Freie Demokratische Partei (FDP)s’opposent au puissant mouvement conservationniste du pays et à lagauche.

Les premiers veulenttout bonnement abattre les loups alors que les autres souhaitent unemeilleure protection du bétail et la relocalisation des meutesproblématiques. Récemment, des groupes d’agriculteurs ont tenu des « veillées de loups », où de grands feux ont étéallumés pour garder les animaux à l’écart et pour protester contreles restrictions de chasse.

Au début du mois de mai,cependant, trois cents activistes animaliers ont manifesté devantle Reichstag à Berlin. L’influent journal Bild a soutenu lesfermiers, avertissant que les loups pouvaient tuer des enfants.

Contraception

Au cours des négociationssur la formation d’un nouveau gouvernement de coalition, lesdémocrates-chrétiens du Christlich Demokratische Union (CDU) et leParti social-démocrate allemand (SPD) ont convenu que lesagriculteurs devraient être autorisés à tuer des loups, maisseulement en dernier recours.

De nouvelles directivessur la réglementation de la chasse doivent être publiées et lesautorités locales sont encouragées à utiliser des méthodes nonlétales telles que l’installation de clôtures électriques,l’embauche de « commissaires de loups » pour surveillerles chiffres, le soutien aux agriculteurs et l’éducation descitoyens. Enfin, une proposition a même été formulée afin depermettre la contraception des loups.