Comment les pays voisins incitent à passer à l’électrique

ISOPIX

Les États membres de l’UE mettent le paquet pour assurer la transition vers un parc automobile plus vert. Entre primes et incitants fiscaux, petit tour d’horizon des pratiques de nos voisins proches.

Nombre d’États membres passent le pas et encouragent leurs habitants à adopter la voiture électrique. Une stratégie qui porte ses fruits. L’Europe est le deuxième plus gros marché de véhicules électriques, loin derrière la Chine mais devant les États-Unis.

Pour 2020, l’agence Bloomberg projette une hausse de 35% des véhicules hybrides ou électriques en Europe. Chaque pays y va de sa manière pour stimuler la transition.

Chez nous, les entreprises et les indépendants peuvent encore déduire l’achat d’un véhicule électrique à 120%. D’ici 2020, ce taux passera à 100%. En outre, les voitures électriques sont totalement exonérées de l’impôt sur les investissements.

Allemagne

En septembre, la chancelière Angela Merkel a proposé toute une série de mesures en faveur du climat. Cela comprenait des subventions pour favoriser l’achat de véhicules électriques. Les intéressés reçoivent une prime allant jusqu’à 6.000 euros. L’Allemagne vise une flotte électrique de 10 millions de véhicules d’ici 2030.

Le pays compte aujourd’hui 21.000 points de recharge. L’objectif, très ambitieux, est de parvenir à 1 million d’ici quelques années pour répondre à la demande. Le gouvernement allemand dote le projet de 3,5 milliards d’euros.

France

Chez nos voisins français, le gouvernement doit trouver l’équilibre entre les ambitions climatiques et les revendications des gilets jaunes. Rappelons que le mouvement est né de l’annonce d’une taxe sur le carburant. Selon les manifestants, les faibles revenus peuvent difficilement acheter une nouvelle voiture moins polluante. Pouvoir s’offrir un électrique relève, selon eux, de l’impossible.

L’État propose désormais des primes allant jusqu’à 6000 euros, accompagné d’une prime pour qui échange son ancien véhicule contre une électrique. La municipalité de Paris va encore plus loin et propose aux plus faibles revenus des avantages grimpant jusqu’à 14.500 euros.

EPA

Les Pays-Bas

Les Pays-Bas sont au dessus du lot, niveau flotte électrique. D’ici 2050, nos voisins du nord veulent un parc automobile 100% électrique. Le pays présente déjà la TVA la moins élevée : 4% pour la première tranche de 50.000 euros à l’achat d’un véhicule électrique neuf. Le gouvernement entend mettre en place de nouveaux avantages fiscaux pour encourager les habitants à abandonner l’essence.

Royaume-Uni

Le Royaume-Uni est le deuxième plus grand marché automobile en Europe, mais la part des voitures électriques est actuellement de 1,5 %. Pour une voiture électrique, les Britanniques bénéficient d’une remise de 4 500 livres (5 300 euros). Pour une camionnette alimentée à l’électricité, cela peut monter jusqu’à 8.000 £ (9.400 €).