Comment demander une promotion à votre patron?

Demander une promotion à votre patron n’est jamais une chose facile à faire. Voici quelques conseils pour mettre toutes les chances de votre côté.

Demander une augmentation à son patron est toujours une chose extrêmement délicate. Il est difficile de trouver le bon moment ainsi que la manière adéquate de faire sa demande afin de mettre toutes les chances de votre côté. Nous allons vous aider à affronter ce moment très stressant. (Lisez aussi nos conseils pour affronter le stress au travail de manière générale).

La clef pour s’assurer de la réponse positive de votre supérieur: la préparation! Il ne faut évidemment pas arriver les mains dans les poches, en bredouillant quelques arguments à la volée. Vous devez développer un argumentaire savamment préparé. Voilà comment faire.

1. Renseignez-vous discrètement sur le salaire de vos collègues

L’argent, c’est le nerf de la guerre, surtout entre collègues. D’ailleurs, beaucoup se demandent s’il faut discuter de son salaire avec ses collègues. La plupart des travailleurs n’aiment pas discuter de combien ils gagnent avec les gens avec lesquels ils travaillent. C’est donc un sujet relativement tabou. Pourtant, c’est une information que vous devez absolument connaître avant de demander un entretien avec votre patron, en vue d’une future augmentation, de manière à mettre toutes les chances de votre côté.

Par exemple, admettons que vous gagnez 2000 euros net et que vous souhaitez passer à 2100 euros. Mais vous apprenez qu’au sein de vos collègues directs, ou du moins ceux qui exercent une fonction similaire à la vôtre et qui ont plus ou moins la même ancienneté, personne ne gagne plus que 2000 euros (ou vous êtes celui qui gagne le plus), il faut peut-être vous raviser. Il est fort peu probable que votre patron accepte de vous accorder l’augmentation que vous demandez.

Si vous décidez d’aller le voir quand même, alors il vaut mieux revoir vos prétentions salariales à la baisse et tabler sur une augmentation de 50 euros. Par contre, si vous apprenez que des gens qui exercent la même fonction que vous gagnent 200 ou 300 euros de plus sans raisons apparentes, alors vous pourrez vous appuyer là-dessus afin de revoir votre augmentation à la hausse, comme vous savez que votre patron a déjà validé ce genre de budget pour un poste équivalent au vôtre. Essayez également de déterminer à quel moment et dans quel contexte ces augmentations ont été accordées.

2. Analysez votre travail et votre progression

Si vous choisissez de demander une augmentation, il faut bien sûr qu’elle se justifie. Vous devez vous appuyer sur quelque chose, afin de rendre cette demande légitime aux yeux de votre supérieur. Vous pouvez lister toutes les tâches supplémentaires que vous faites depuis votre arrivée dans la boite, par exemple. Ou encore souligner les nouvelles responsabilités qui vous ont été données. Dressez également une liste avec tout ce que vous apportez au sein de la société et l’ensemble du travail que vous faites.

Parfois, les patrons n’ont qu’un oeil très distrait sur le fonctionnement de leur boite et les tâches que chaque employé accomplit. Aidez-le à y voir plus clair concernant votre rôle. Vous pouvez également vous appuyer sur votre productivité: peut-être au début, gériez-vous 3 dossiers par jour et maintenant vous êtes passé à quatre? (Lisez également nos conseils afin d’être plus productif, ou encore les 5 astuces d’entrepreneurs de renom pour booster votre productivité). Cela entraîne un bénéfice supplémentaire pour votre chef, qui devrait vous faire bénéficier d’une petite partie.

© iStock

3. Faites le point sur vos envies

Avant de pousser la porte du bureau de votre patron, vous devez être au clair avec vous-même. Vous devez savoir exactement ce que vous demandez, vous devez envisager déjà la contre-proposition possible de votre supérieur et avoir une idée très précise de ce que vous êtes prêt à accepter. Par exemple, si vous voulez passer de 2000 euros net à 2100 euros et qu’il vous propose 2050 euros, cela vous convient-il? (Saviez-vous que votre personnalité influençait votre salaire?) Ou alors trouvez-vous ce montant définitivement trop peu par rapport au travail que vous accomplissez?

Vous devez avoir réfléchi à ces questions préalablement pour ne pas être pris au dépourvu par la réponse de votre patron. Cela pourrait vous amener à acquiescer à cause de l’effet de surprise une situation avec laquelle vous n’êtes pas d’accord. Et après, il est difficile de faire marche arrière. Vous devez également préparer des arguments chiffrés concernant votre travail pour amener votre patron à revoir sa proposition si elle ne va pas dans le sens espéré. Envisagez également des solutions autres que purement pécuniaires. Par exemple, votre supérieur ne veut pas vous augmenter, mais vous savez que certaines personnes dans la boite ont une voiture de société, pourquoi ne pas lui en demander une? Ou un téléphone ou ordinateur de société par exemple? Ayez déjà des pistes en tête. (Savez-vous combien gagnent en moyenne les employés bruxellois et flamands?)

4. Choisissez le moment adéquat

Il y a bien évidemment des moments moins propices à une demande d’augmentation que d’autres. (Voici d’ailleurs une technique préconisée par la science pour demander une promotion). Si vous savez que votre société traverse des moments difficiles par exemple, il semble fort peu opportun de demander plus d’argent à ce moment-là. Évitez également les périodes extrêmement chargées en travail (qui sont propres à chaque société et chaque secteur), car prévoir un entretien pour discuter d’une augmentation salariale est sans doute la dernière des priorités de votre patron à ce moment-là.

Certains choisissent les entretiens d’évaluation pour demander une promotion. Cela peut être une bonne idée car c’est le moment de faire le point. Votre patron a une bonne idée globale de la situation et a peut-être déjà envisagé d’augmenter certaines personnes en analysant leur travail en vue de l’entretien. Mais tous les employés vont sauter sur cette occasion et vous allez peut-être vous retrouver à être le 30ème de la semaine à lui demander une promotion, ce qui n’augmente pas du tout vos chances d’en obtenir une, que du contraire. Attendez peut-être un moment plus calme, après qu’on vous ait confié un gros projet et que vous l’ayez réussi brillamment, ou alors après que votre manager vous ait assigné de nouvelles fonctions. (Saviez-vous que les augmentations salariales étaient à la traine en Belgique?)

© iStock

5. Entraînez-vous

Maintenant que vous avez déterminé le bon moment pour demander un entretien, que vous avez préparé vos arguments et que vous avez une idée très précise de ce que vous allez demander, il ne reste plus qu’à vous lancer. Mais attention, ce genre d’entretien est extrêmement stressant et vous ne devez pas le sous-estimer. Car si vous n’êtes pas bien préparé psychologiquement, vous risquez de commencer à bafouiller et perdre vos moyens. Répétez donc bien tout votre argumentaire devant votre conjoint ou un de vos amis, afin qu’il vous donne ses impressions et vous dise les choses à améliorer. Dernier conseil: votre patron essayera probablement de vous désarçonner mais gardez bien en tête vos objectifs !

Lisez également les 11 choses à faire pour obtenir une promotion.