Peste porcine : la Chine puise dans ses réserves stratégiques de porcs

La Chine puisera dans ses réserves stratégiques de porcs pour augmenter l’offre et tenter de juguler la forte hausse des cours. Une grave épidémie de peste porcine, qui sévit dans le pays, a en effet provoqué une pénurie de cette viande, la plus prisée sur le marché chinois, et déclenché une flambée des cours. 

Au total, les autorités chinoises vendront aux enchères 10 000 tonnes de viande de porc congelée provenant de leurs réserves stratégiques. La Chine est le plus grand producteur et consommateur de porc au monde.

Plus de 50 % de hausse des prix en un an

Le pays rencontre de grandes difficultés pour contrôler la propagation de la maladie, qui est sans danger pour l’homme. Près d’un million de porcs ont déjà été abattus dans ce but

Mais le marché est durement affecté par cette crise, et les prix ont déjà augmenté de près de 50 % en un an. 

La viande de porc congelée qui sera mise aux enchères par les autorités cginoises provient du Danemark, de France, des États-Unis et de Grande-Bretagne. Chaque  acheteur potentiel ne pourra en acquérir que pour 300 tonnes au maximum lors de ces adjudications.

Le porc est un mets de choix particulièrement prisé lors des fêtes chinoises. Or, à la fin du mois de septembre, l’Empire du milieu célébrera le 70e anniversaire de la création de la République populaire de Chine.

Pas de solution en vue à la pénurie de porcs

Mais selon Julian Evans-Pritchard, économiste à Capital Economics, même si cette vente aux enchères apportera un soulagement momentané, elle n’offre pas une réelle solution de long terme, dans la mesure où 10 000 tonnes semblent bien insuffisantes pour endiguer la flambée des cours. La véritable solution ne pourra venir que de la fin de l’épidémie de peste porcine, explique-t-il. 

La Chine a créé sa réserve stratégique de porcs en 2007, mais on n’en connaît pas la taille. Selon Capital Economics, elle ne contiendrait que l’équivalent de 4 jours de consommation nationale de porc, au maximum. 

Un nouveau défi pour la Chine

Le porc représente plus de 60 % de la consommation totale de viande chinoise. L’année dernière, la filière porcine chinoise a produit près de 54 millions de tonnes de viande de porc l’année dernière. En avril, Rabobank a estimé que la production chinoise pourrait chuter de 35 % cette année en raison de l’épidémie.

La hausse des prix du porc pèse lourdement sur le budget des familles chinoises. Cette pression est une nouvelle difficulté pour l’économie chinoise, déjà confrontée au ralentissement de son économie, et à la guerre commerciale que le pays a engagée avec les États-Unis.