BNB: La crise frappe plus durement les personnes les plus précaires

La crise actuelle touche plus durement les ménages aux plus faibles revenus et certaines catégories de travailleurs, souligne mercredi la Banque nationale de Belgique dans un communiqué.

La crise du coronavirus affecte fortement les ménages pour lesquels le répondant à l’enquête de la BNB s’est identifié comme indépendant, chômeur temporaire ou encore étudiant jobiste, avec des pertes de revenu respectives de 24 à 51%. Pour les indépendants aux plus faibles revenus, la perte a atteint jusqu’à 62%.

L’enquête relève également que plus le revenu est élevé, plus l’ampleur de la perte pour les ménages dont le répondant est mis en chômage temporaire est faible. Ce constat résulte notamment d’une mise en chômage temporaire plus importante pour les salariés appartenant aux ménages aux revenus les plus bas, qui s’explique entre autres par le fait qu’ils sont davantage issus des secteurs les plus durement touchés (événementiel, horeca, tourisme, commerce non alimentaire, etc.), commente la BNB.

En outre, la vulnérabilité des ménages aux revenus les plus faibles est d’autant plus grande qu’ils disposent de peu de réserves d’épargne.
Les pertes de revenus déclarées semblent relativement comparables entre les trois régions du pays, 50% des ménages environ indiquant enregistrer une perte supérieure à 10%, note la BNB.

Cependant, en termes de vulnérabilité à court terme, les ménages flamands affirment disposer dans une plus large mesure d’un coussin d’épargne plus confortable, ajoute-t-elle.

L’enquête se base sur les réponses en ligne de quelque 5.300 personnes. Elle a été menée entre le 7 et le 24 mai.

Lire aussi: