Black Friday: vers la fin des ruées dans les magasins?

Avec la réduction progressive du nombre d’acheteurs qui se rendent en magasin, les vendeurs doivent revoir et adapter les activités de leur personnel pour la vente en ligne.
Isopix

Avec la réduction progressive du nombre d’acheteurs qui se rendent en magasin, les vendeurs doivent revoir et adapter les activités de leur personnel pour la vente en ligne. 

La concurrence en ligne a lentement mais sûrement raison des magasins physiques. La façon que nous avons de consommer change drastiquement, ce n’est un secret pour personne. Par manque de temps ou d’envie, nous achetons donc de plus en plus en ligne au lieu de nous rendre en magasins. Résultat: plusieurs enseignes doivent fermer leurs portes et congédier leur personnel. Mais d’autres ont trouvé comment profiter de ce nouvelle façon de consommer pour le réaffecter. 

Alors que la concurrence n’a jamais été aussi vive avec internet, les magasins doivent accepter de relever ces nouveaux défis s’ils veulent prendre le train en marche et attirer de nouveaux clients.

7,4 milliards de dollars de vente en ligne

Un chiffre est particulièrement marquant dans cette bataille: le trafic en magasin a chuté de 6,2 % en ce Black Friday, annonce le Wall Street Journal. Si ce vendredi noir a encore connu un nouveau record de ventes, ce n’était pas forcément le cas en boutique, contrairement aux achats en ligne. Un magasin Target à Brooklyn attendait la ruée des clients sur ses téléviseurs. Quelques heures après l’ouverture du magasin, c’était toujours le calme absolu. Au contraire des ventes en ligne, frénétiques, pour la même chaîne.

Selon les statistiques, les achats en ligne représenteront cette année un pourcentage plus élevé par rapport aux années précédentes, une fois de plus. Le trafic dans les magasins américains a ainsi chuté d’environ 6,2 % lors du Black Friday, alors que bien plus de clients ont commandé en ligne. Les ventes en ligne ont atteint 7,4 milliards de dollars lors du weekend du vendredi noir, contre 6,2 milliards l’an dernier. Le commerce en ligne devrait ainsi représenter aux États-Unis environ 170 milliards de dollars des quelque 730 milliards dépensés cette année pour les fêtes. Soit près du quart du total des ventes.

Réaffectation du personnel

Pour survivre, il faut donc s’adapter. Certaines chaînes l’ont fait en utilisant leurs magasins pour traiter les livraisons ou convaincre les acheteurs d’aller y chercher leurs commandes, plutôt que d’attendre leur colis à domicile. Les employés se voient affectés de nouveaux titres et de nouvelles responsabilités. Ils s’occupent désormais des tâches liées à la livraison des articles, au lieu d’accueillir les clients et de ranger après leur passage chaotique en rayons. Notons que ce n’est peut-être pas plus mal ainsi pour eux…