Ukraine : bientôt un cessez-le-feu autour de la plus grande centrale nucléaire d’Europe ?

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) s’attend à ce que la Russie et l’Ukraine établissent bientôt un cessez-le-feu autour du site de Zaporijia, la plus grande centrale nucléaire d’Europe. C’est ce qu’indique à Politico Rafael Mariano Grossi, directeur général de l’agence.

Pourquoi est-ce important ?

La centrale nucléaire de Zaporijia est aux mains des Russes depuis mars. Ces derniers mois, le site a été régulièrement bombardé. Les deux parties concernées se sont mutuellement pointées du doigt. A chaque bombardement, les observateurs craignent un accident nucléaire.

L’essentiel : l’organisme de surveillance de la sécurité nucléaire des Nations unies tente depuis des mois de se mettre d’accord sur une zone de sécurité autour de la centrale nucléaire de Zaporijia, qui est actuellement occupée par les troupes russes.

  • « Bien que la centrale ait pu fonctionner dans un calme relatif ces dernières semaines, après avoir été régulièrement bombardée lourdement il y a environ un mois, des combats ont toujours lieu dans la zone autour du complexe », explique l’AIEA.
  • C’est pourquoi le directeur général Grossi a eu une réunion d’une heure à Moscou la semaine dernière avec le chef de la société russe Rosatom. C’est elle a repris l’exploitation de la centrale nucléaire en Ukraine depuis l’invasion russe.
  • « Les efforts diplomatiques visant à établir une zone de protection de la sécurité nucléaire autour de la centrale progressent sérieusement », déclare l’agence dans un communiqué. L’AIEA espère établir cette zone de sécurité dans un avenir proche.
  • Lors de sa visite à Moscou, Grossi a également mis en garde contre la charge de travail considérablement accrue pour le personnel de la centrale, « avec des conséquences possibles pour la sûreté nucléaire et la sécurité des réacteurs ».

La plus grande centrale nucléaire d’Europe : La centrale de Zaporijia ne produit actuellement pas d’électricité pour le réseau ukrainien.

  • Des connexions externes alimentent le complexe en électricité pour les « fonctions essentielles de sûreté et de sécurité nucléaires ». Neuf générateurs au diesel mobiles sont également en attente pour fournir une alimentation de secours en cas d’urgence.
  • En septembre, Grossi avait déjà lancé une mise en garde concernant la situation autour de l’usine : « Nous jouons avec le feu. Nous ne pouvons pas continuer dans cette situation où nous sommes à un pas d’un accident nucléaire. La sécurité de l’usine ne tient qu’à un fil ».
  • La centrale nucléaire de Zaporijia a été prise par les forces russes en mars, au début de la guerre. Cependant, la centrale est toujours exploitée par du personnel ukrainien.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20