Barcelone et Zurich dérobent à Anvers le titre de capitale européenne de la cocaïne

Barcelone et Zurich seplacent dorénavant devant Anvers à la tête d’un classement visantà cartographier la consommation de cocaïne dans 56 villes au seinde 19 pays européens, indique une étude de l’Observatoire européendes drogues et des toxicomanies (OEDT). L’année dernière, Anvers setrouvait en première position de ce classement. Boom, une communepériphérique d’Anvers, est en 15ème position, devant Bruxelles,qui termine en 19ème position.

En 2016, Londres, numéroun depuis plusieurs années avait été évincé par Anvers. Londresne figure dorénavant plus dans ce classement. Selon l’OEDT, lesressources financières ont manqué pour effectuer les tests dans lacapitale britannique.

La Suisse au sommet

Plusieurs villes suissesse situent maintenant dans le top 10 de ce classement. Outre Zurichen deuxième position, il convient de souligner la présence de Genèveen cinquième position. Sankt Gallen, Berne et Bâle se classentégalement parmi le top 10.

Selon Joao Matias, qui acollaboré à la recherche de l’OEDT, les 5 villes suisses obtiennentun score élevé en raison des revenus élevés parhabitant dans ce pays et de la quantité importante d’échantillons fournis. Les résultats contrediraient égalementl’image quelque peu ennuyeuse du pays alpin.

Seule une utilisation de cocaïne de sporadique à modérée a été enregistrée dans les villesd’Europe de l’Est. Selon les chercheurs, d’un point de vuehebdomadaire, on constate une forte augmentation de la consommationde cocaïne durant le weekend dans la plupart des villes étudiées.Par contre, en ce qui concerne les amphétamines, leur usage serépartit davantage sur toute la semaine.

Pour leur étude, leschercheurs ont analysé des échantillons quotidiens d’eaux uséesdans les bassins versants des stations d’épuration pendant unesemaine. Les eaux usées de 43 millions de personnes ont étéanalysées et on y a décelé des traces de quatre drogues :amphétamine, cocaïne, MDMA (ecstasy) et méthamphétamine (crytalmeth). Pour la cocaïne, les scientifiques ont recherché dubenzoylecgonine, à savoir le principal métabolite (substanceorganique produite lorsque l’organisme décompose la drogue) decette drogue.

D’autre part, lesméthamphétamines (MDMA) sont également en forte hausse.Auparavant, ces drogues se trouvaient principalement en Europe del’Est, mais selon les chercheurs, elles ont depuis évolué de laRépublique tchèque et de la Slovaquie à l’Allemagne et laFinlande. Les amphétamines semblent jouir d’une grande popularité,en particulier dans le nord de l’Europe.