Que signifie le retour du péronisme en Argentine?

En Argentine, Alberto Fernandez (à droite sur la photo) a été élu dimanche à la présidence. Il succèdera à Mauricio Macri, centre-droit, en décembre. Ce dernier est arrivé au pouvoir il y a 4 ans. Il avait ainsi mis fin à douze années de règne socialiste, dont la dynastie des Kirchner est devenue la représentante. Mais maintenant, les soi-disant « péronistes » reviennent au pouvoir. Cristina Fernandez de Kirchner (à gauche), qui dirigeait déjà le pays avec son mari entre 2003 et 2015, revient au poste de vice-présidente.

Avec Fernandez et Fernandez, le péronisme est donc de retour. Un mouvement qui tire son nom de la figure mythique de Juan Domingo Perón, élu président à trois reprises entre 1946 et 1974 après le coup d’État de 1943 par un groupe de soldats dont il faisait partie. Il a introduit un mélange de justice sociale et de souveraineté nationale, mais s’assura surtout de faire émerger dans ce contexte un culte de la personnalité centré autour de lui. Son épouse Eva Perón-Duarte a également contribué à sa popularité, notamment en ce qui concerne l’émancipation des femmes et la justice sociale.

Le péronisme a pris diverses facettes au fil des ans, tant à gauche qu’à droite. Par exemple, entre 1989 et 1999, le président Carlos Menem a mené une politique néolibérale, tandis qu’entre 2003 et 2015, Cristina et Néstor Kirchner ont plaidé en faveur d’une forte intervention de l’État dans l’économie et d’une politique d’intégration sociale proactive.

Qu’est-ce que le péronisme ?

Le péronisme a un certain nombre de caractéristiques communes: la poursuite du populisme par le rejet du capitalisme et du communisme, la défense de l’industrialisation contre les grands propriétaires terriens, le contrôle des exportations, des syndicats puissants (contrôlés par l’État), l’attention portée à la santé publique et à l’éducation, le bien-être, la neutralité internationale et l’intégration commerciale et politique des partenaires sud-américains.

Pourtant, les péronistes préfèrent s’en tenir aux paroles plutôt qu’aux actes. Dans son livre « La sociedad complice » (‘la société complice’), l’auteur et économiste José Luis Espert, qui s’est fait connaître comme un partisan du libéralisme économique, écrit que « l’Argentine se caractérise par un manque de compétences, un marché intérieur qui représente une industrie nationale inefficace, où le consommateur paie le prix de l’intervention de l’État ».

Argentine : de héros à zéro

Jusqu’en 1947, l’Argentine se classait invariablement parmi les 15 pays les plus riches du monde par habitant. Aujourd’hui, le pays occupe une 61e place moins que souhaitable. Macri a brièvement suscité l’espoir d’amener le pays sur une nouvelle voie. Mais le peso a fortement chuté en valeur et l’inflation est incontrôlable. Plus du tiers de la population vit aujourd’hui dans la pauvreté. Macri a récemment dû solliciter un prêt d’urgence de 57 milliards de dollars auprès du Fonds monétaire international – le plus important prêt jamais octroyé par le FMI.

Evan et Juan Peron
Domaine public

Le choix pour Fernandez et Kirchner est donc un choix entre la peste et le choléra. Le pays devrait à nouveau mettre en place un généreux système de subventions pour les pauvres, qui avait été progressivement supprimé sous Macri.

Les opposants accusent principalement les péronistes de clientélisme. C’était précisément ce dont Mauricio Macri voulait protéger les Argentins. Cristina Kirchner, elle aussi, devra bientôt rendre compte de son enrichissement personnel devant les tribunaux. Mais elle nie tout. Macri n’a quasiment jamais eu aucune chance. Une récession, une crise de la dette et l’inflation ont tellement pesé sur la classe moyenne argentine au cours des deux dernières années qu’aucun président en exercice n’aurait eu la moindre chance.

L’équilibre en Amérique latine bascule

La victoire de Fernandez bouleverse à nouveau l’équilibre politique en Amérique latine. Dans deux des plus grandes économies – le Mexique et l’Argentine – des dirigeants de gauche sont maintenant au pouvoir. Les dirigeants de droite au Chili et en Équateur sont maintenant soumis à une pression intense pour inverser les réformes du marché.

Fernandez a déjà déclaré vouloir renforcer les liens avec ses collègues de gauche au Mexique et en Bolivie. Le président brésilien Jaïr Bolsonaro qualifie Fernandez de « bandit rouge ». Il n’a pas l’intention de le féliciter pour sa victoire. Une confrontation entre les dirigeants des deux plus grandes économies d’Amérique du Sud n’est pas de bon augure pour le bloc commercial du Mercosur.