Après l’Ukraine, l’escalade russe menace également la Finlande et la Suède

Après l’Ukraine, la Finlande est maintenant confrontée à la menace d’une escalade avec la Russie. Le mois dernier, la Russie a présenté un projet d’accord entre la Russie, les États-Unis et l’OTAN sur les garanties de sécurité. Ces propositions comprennent également l’interdiction de toute nouvelle expansion de l’OTAN à l’Est.

La veille de Noël, le service de presse du ministère russe des Affaires étrangères a ensuite annoncé que ces exigences concerneraient également la Finlande et la Suède. Aucun d’entre eux n’est encore membre de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord. Cela a provoqué une réaction en Suède, qui a augmenté la disponibilité de ses troupes dès le lendemain.

La Finlande, qui a une frontière de plus de 1 300 kilomètres avec la Russie, a également réagi rapidement. La Première ministre, Sanna Marin, a déclaré que son pays « garde ouverte la possibilité de demander l’adhésion à l’OTAN ».

« L’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN nécessiterait une réaction appropriée de la part de la Russie »

La Finlande a confirmé sa position. Le président finlandais Sauli Niinistö a accusé M. Poutine de remettre en question la souveraineté de la Suède et de la Finlande.

Après quoi, Moscou a également réagi promptement et avec hostilité. Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a déclaré dimanche « qu’il est tout à fait clair que l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN aurait de graves conséquences militaires et politiques qui exigeraient une réaction appropriée de la part de la Russie. »

Pour l’instant, il s’agit avant tout de menaces verbales. Mais cela est interprété par les experts comme un signe avant-coureur de la tempête à venir.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20