Après la Flandre, les cercueils en carton seront bientôt autorisés en Wallonie

Les cercueils en carton devront enfin être autorisé en Wallonie. Outre l’aspect écologique, ils permettront également de faire quelques économies. En Flandre, ils existent déjà depuis un moment. 

L’écologie s’invite partout. Désormais, les cercueils aussi tendent à être plus verts. Comme alternative aux traditionnels cercueils en bois ou autres matériaux, des cercueils en carton commencent maintenant à faire leur apparition dans les pompes funèbres en Belgique, en particulier en Flandre. En Wallonie, c’est toujours en cours de négociation, mais on peut s’attendre à en voir de plus en plus, et ce pour plusieurs raisons.

Écolo et économique

D’abord, et c’est l’argument principal: ils sont beaucoup moins chers que les cercueils traditionnels. En effet, le carton, étant une matière première, ça ne coûte vraiment rien de faire ce type de cercueil. Il faut compter environ 360 euros pour celui de base, alors que son homologue dans un bois reocmposé coutera facilement entre 1200 et 1300 euros. Mais ce n’est pas le seul avantage puisque le temps d’incinération est aussi beaucoup plus court. Et si le cercueil en carton est incontestablement écologique, il y a cependant certaines règles à respecter.  

Quelques règles à respecter

D’abord, ils se doivent d’être étanches et homologués. De plus, l’usage des cercueils en carton sera pour l’instant limité aux inhumations en pleine terre « pour des raisons de salubrité », comme l’a précisé la ministre wallonne des Pouvoirs Locaux, Valérie De Bue (MR). Pour les enterrements en caveau, elle estime en revanche que « cela peut produire des dégagements de gaz et de liquide qui peuvent incommoder les fossoyeurs ».